Femmes QUI

Glamour (France) - - GLAM’MAGAZINE -

Choi­sir 40 femmes ins­pi­rantes… Tâche com­plexe : elles font tous les mé­tiers, in­novent, réus­sissent par­tout. Pour­quoi alors consa­crer un dos­sier spé­cial à 40 d’entre elles ? Parce que l’on aime s’iden­ti­fier à celles dont la vie nous res­semble, qui sont confron­tées aux mêmes dé­fis. Parce que pré­ci­sé­ment, elles sont plus ins­pi­rantes que les hommes qui réus­sissent. Par­mi toutes les femmes que l’on ad­mire, que l’on trouve gé­né­reuses, créa­tives, cou­ra­geuses, il a fal­lu as­su­mer une cer­taine sub­jec­ti­vi­té. Le ré­sul­tat est un mé­lange d’af­fi­ni­tés, de coups de coeur, mais à tous ces par­cours pré­sident quelques qua­li­tés : du cou­rage, de la dé­ter­mi­na­tion, de la confiance. Et aus­si : une cer­taine idée de l’am­bi­tion. En chefs de file : Ju­lianne Moore et Leï­la Be­kh­ti, deux ac­trices au­da­cieuses, duo phare de L’oréal Pa­ris, fières d’avoir ins­pi­ré un dos­sier de femmes qui ins­pi­re­ront peut-être un jour d’autres femmes. L’une est fran­çaise, l’autre est amé­ri­caine, une gé­né­ra­tion les sé­pare et elles n’ont ja­mais tour­né en­semble. Une idée sau­gre­nue que de les réunir ? Non, car les deux ac­trices ont beau­coup plus en com­mun que l’on pour­rait ima­gi­ner : une ma­nière de se mon­trer sans s’ex­hi­ber, une ca­pa­ci­té à jouer, quand il le faut, le jeu des ap­pa­rences puis de s’en te­nir pru­dem­ment à dis­tance. Si le coup de foudre entre elles et nous pou­vait se ré­su­mer à une seule scène de film, ce se­rait peut-être pour Ju­lianne, celle, gon­flée, dans Short Cuts, de Ro­bert Alt­man, où, elle s’en­gueule avec son mec en re­pas­sant son linge, uni­que­ment vê­tue d’un T-shirt. Faire sur­gir l’émo­tion tout en éruc­tant qua­si nue : ça n’était pas ga­gné ! Pour Leï­la, ce se­rait cette scène dans Tout ce qui brille, où les larmes aux yeux, elle hurle à sa meilleure amie : « Je meurs à l’ins­tant si un jour je te re­parle ! » Sou­dain, au mi­lieu de la lé­gè­re­té : un beau mo­ment d’in­ten­si­té. Leur fil­mo­gra­phie à toutes les deux pour­rait se lire comme une forme d’en­ga­ge­ment, non pas quelque chose qu’elles re­ven­di­que­raient haut et fort, juste un pas du cô­té des op­pri­més, des gens pas comme les autres. Ju­lianne : han­di­ca­pée men­tale dans Coo­kie’s For­tune, ac­trice por­no frus­trée dans Boo­gie Nights, ho­mo­sexuelle as­su­mée dans The Kids Are All Right, mère de fa­mille at­teinte d’alz­hei­mer dans Still Alice (rôle qui lui a va­lu un os­car). Leï­la : ini­tia­trice d’une grève de l’amour en Afrique du Nord dans La Source des femmes, bra­queuse de banque pour nour­rir ses en­fants dans Main­te­nant ou ja­mais ou dé­lin­quante en ca­vale dans L’as­tra­gale. L’une comme l’autre ont su ins­tau­rer une re­la­tion de proxi­mi­té avec le pu­blic, et en par­ti­cu­lier avec les femmes, sans se for­cer ni se gal­vau­der. D’où leur place pri­vi­lé­giée dans ce dos­sier. De leur vie pri­vée, on ne sait que le mi­ni­mum : Ju­lianne vit à New York avec son ma­ri, le réa­li­sa­teur Bart Freund­lich, et leurs deux en­fants. Leï­la vit avec l’ac­teur Ta­har Ra­him qu’elle a ren­con­tré sur le tour­nage

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.