UN LONG NEZ, C’EST STY­LÉ

Glamour (France) - - Glam Magazine - Par Erick Gri­sel

Ra­bo­té, rac­cour­ci, ré­tré­ci pen­dant des dé­cen­nies, le nez fé­mi­nin re­vit. Cer­taines ac­trices, chan­teuses et man­ne­quins le portent dé­sor­mais en éten­dard. Une ré­vo­lu­tion es­thé­tique.

Cer­taines re­marques piquent au pif. Celle que lance le boss ar­ro­gant de l’agence ar­tis­tique ASK à la fi­gure d’an­dréa, son em­ployée, dans la sé­rie Dix pour cent : « D’ac­cord, t’as chan­gé de nom mais t’as pas chan­gé de nez ! » Vexée, An­dréa ? Non, juste es­to­ma­quée par tant de gou­ja­te­rie. Et l’on se dit que l’ac­trice qui l’in­carne, Ca­mille Cot­tin, doit sa­cré­ment l’as­su­mer, son nez, pour avoir ac­cep­té que les scé­na­ristes en fassent l’ob­jet d’une plai­san­te­rie. A Jour­nal­des­femmes.com, elle af­fir­mait : « Au quo­ti­dien je m’en fiche. C’est sur­tout à l’image que ça me gêne. Quand je vois mon nez sous tous les angles et qu’il ne me plaît pas. Il y a plein de mo­ments où j’ai vou­lu le faire re­faire. » Ouf, elle n’y a pas tou­ché.

Le pro­fi l (im)par­fait d’amal Cloo­ney

Comme Ca­mille, les femmes sont de plus en plus nom­breuses à as­su­mer ce qui, chez d’autres, pour­rait être un com­plexe. Sur la po­chette d’un pre­mier al­bum qui conquiert le pu­blic comme les cri­tiques, le nez de la chan­teuse Ju­liette Ar­ma­net s’af­fiche de pro­fil : su­perbe, royal. On ne voit que lui. Sur les po­diums, des Cy­ra­nettes telles An­na Cle­ve­land, Ju­lia No­bis ou Jess PW se dis­tinguent dé­sor­mais des pe­tits mu­seaux plats : « Il y a en­core dix ans, les agences n’hé­si­taient pas à de­man­der à leurs tops de se faire re­tou­cher le nez, nous a confié Pierre Oli­ve­ri, agent chez Up Mo­dels. Au­jourd’hui des sin­gu­la­ri­tés comme un long nez, des dents écar­tées ou des oreilles dé­col­lées sont un plus à par­tir du mo­ment où elles s’ins­crivent dans un en­semble har­mo­nieux. » Sur le ta­pis rouge des der­niers Cé­sar, le nez de la su­blime Amal Cloo­ney a sup­plan­té le sou­rire de George. Une tâche ar­due que de rendre pho­to­gé­nique un nez fé­mi­nin im­po­sant ? La ma­quilleuse et mor­pho­psy­cho­logue Ca­thy Wa­gner* dé­ment : « Je ne suis pas fan des pe­tits nez. Pour les femmes, comme pour les hommes, j’aime les nez pré­sents, puis­sants. Et je m’ef­force plu­tôt de don­ner du ca­rac­tère aux traits trop équi­li­brés. Dans mon mé­tier, il y a une règle : en­vi­sa­ger les choses de fa­çon glo­bale. Un long nez peut être pho­to­gé­nique. Ce­lui de Ca­mille Cot­tin, par exemple, lui cor­res­pond très bien. » Sur le vi­sage di­vi­sé en trois étages – front pour le men­tal, mâ­choire et bouche pour l’ins­tinc­tif –, le nez se rap­porte, lui, au re­la­tion­nel. A n’en pas dou­ter, long nez rime avec cu­rio­si­té, singularité et forte per­son­na­li­té. « Le nez court et re­le­vé évoque quelque chose d’en­fan­tin, de spon­ta­né, ana­lyse Ca­thy Wa­gner. Chez une femme, un long nez est un in­dice de maî­trise de soi et de ma­tu­ri­té et l’as­su­mer peut faire fl ip­per un homme car il ri­va­li­se­rait avec le sien. »

Bis­tou­ri et sub­ti­li­té

In­jus­tice fla­grante dans le do­maine de la pa­ri­té : les co­mé­diens à fort ta­rin, de Bo­gart dans les an­nées 1940 à Adam Dri­ver et Adrian Bro­dy au­jourd’hui, ont tou­jours fait fris­son­ner les foules. Alors que tout en contri­buant à leur éman­ci­pa­tion, l’ar­ri­vée de Bri­gitte Bar­dot dans le pay­sage cultu­rel mon­dial, au cours des an­nées 1960, a pa­ra­doxa­le­ment re­mo­de­lé le nez de toute une gé­né­ra­tion de femmes. Même les égé­ries in­tel­los de Saint-ger­main-des-prés comme Ju­liette Gré­co ont dû pas­ser sous le ra­bot ! Au­jourd’hui, si cer­taines femmes pointent tou­jours leur nez chez le chi­rur­gien, ce n’est pas pour les mêmes rai­sons. « La mode des nez courts, le “nez d’or­di­na­teur”, est pas­sée, ex­plique le chi­rur­gien es­thé­tique Oren Mar­co. On ne rac­cour­cit plus qu’à un âge avan­cé, quand la pointe re­tombe un peu. Cer­taines femmes me disent : “Af­fi­nez, mais lais­sez la bosse.” Une lé­gère im­per­fec­tion laisse pla­ner le doute : “Mais non, elle ne s’est pas fait re­faire le nez, re­garde, il y a une bosse.” » Fai­sons un voeu : que la po­pu­la­ri­té de la nou­velle pre­mière dame, avec son nez si ri­qui­qui qu’il semble avoir été lon­gue­ment pas­sé à la toile éme­ri, ne donne pas à nou­veau des ap­pé­tits de bis­tou­ri.

UNE HIS­TOIRE DE ME­SURE On

À N’EN PAS DOU­TER, LONG NEZ RIME AVEC CU­RIO­SI­TÉ, SINGULARITÉ ET FORTE PER­SON­NA­LI­TÉ

ne sait pas qui a bien pu me­su­rer le nez de Kate Midd­le­ton avec une équerre ou un mètre rou­lant. Mais voi­là : la du­chesse de Cam­bridge au­rait un nez idéal, se­lon une étude amé­ri­caine. Car il for­me­rait un angle à 106 de­grés entre le bas du front et la lèvre su­pé­rieure. Même si, à bien y re­gar­der, de­vant ce nez, on a plu­tôt en­vie de bâiller.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.