LE TRA­DER RUINÉ

Glamour (France) - - Glamourismes -

C’est bien simple : on touche là au gé­nie. Jé­rôme Ker­viel a me­né si loin sa quête de ré­demp­tion qu’il nous a presque quit­tés, nous, les simples mor­tels. L’ex- tra­der shoo­té à l’adré­na­line et aux bo­nus, qui a fait perdre 4,9 mil­liards d’eu­ros à la So­cié­té Gé­né­rale en 2008, est de­ve­nu une icône an­ti­ca­pi­ta­liste. L’abou­tis­se­ment d’une stra­té­gie mé­dia­tique mi­nu­tieu­se­ment conçue pour pe­ser sur huit an­nées de pro­cé­dure. L’ob­jec­tif : faire ou­blier qu’il a vio­lé les contrôles in­ternes et tru­qué ses en­ga­ge­ments, et se faire pas­ser pour un bouc émis­saire cru­ci­fié par le sys­tème fi­nan­cier. C’est ain­si que l’an­cien sym­pa­thi­sant UMP, dont le nom fi­gu­rait sur la liste de droite aux élec­tions mu­ni­ci­pales de Pont-l’ab­bé, son vil­lage d’ori­gine, s’est mué en mi­li­tant al­ter­mon­dia­liste, dé­non­çant sans re­lâche, jusque dans les al­lées de la Fête de l’hu­ma, la fi­nan­cia­ri­sa­tion du sec­teur ban­caire. Il fas­cine jus­qu’à Jean- Luc Mé­len­chon, avec qui il est de­ve­nu ami. Le lea­der de la France In­sou­mise passe le voir chez lui, dans le 17e ar­ron­dis­se­ment, di­manche. Des filles un peu folles lui en­voient des pho­tos sans équi­voque. « Je suis de­ve­nu un ob­jet. Il ar­rive que cer­tains me sou­tiennent en at­ten­dant quelque chose en re­tour, quand ils ne glissent pas car­ré­ment dans l’éro­to­ma­nie », nous avait- il confié. Il agrège au­tour de lui un clan de ca­thos et d’uni­ver­si­taires, dont cer­tains ont tra­vaillé à sa dé­fense, gra­tui­te­ment. En fé­vrier 2014, pour sym­bo­li­ser sa quête de ré­demp­tion, il a ren­con­tré le pape Fran­çois à Rome. « L’ex­hor­ta­tion apos­to­lique du pape, qui dit que les bons chré­tiens doivent lut­ter contre la ty­ran­nie des mar­chés, est notre ligne », osait alors son avo­cat, Da­vid Koub­bi, avant de se lan­cer, avec le père Gou­rier, une fi­gure de son co­mi­té de sou­tien, dans une longue marche jus­qu’à Men­ton (Alpes- Ma­ri­times), où Ker­viel a été ar­rê­té. Car ce che­min de croix n’a pas ému la jus­tice, qui l’a condam­né en mars 2014 à cinq ans de pri­son, dont trois avec sur­sis (il res­sor­ti­ra sous bra­ce­let élec­tro­nique au bout de 112 jours). Un mar­tyr, on vous dit.

LE TRA­DER DOUTEUX S’EST MUÉ EN MI­LI­TANT AL­TER­MON­DIA­LISTE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.