MODE Alexan­der

Glamour (France) - - Glam Magazine -

les créa­teurs ont-ils vu la Vierge ? Pas sûr. Mais le di­vin, comme les sciences oc­cultes ou l’éso­té­risme, les ins­pirent. Plus que la foi en Jé­sus, c’est bien sûr l’es­thé­tique gran­di­lo­quente de la re­li­gion qui les em­balle. « Les uni­formes re­li­gieux, ou oc­cultes, et leurs ac­ces­soires ont une beau­té propre qui est for­te­ment théâ­trale et donc at­trayante pour les de­si­gners. C’est pour eux une ma­nière de ra­con­ter une his­toire spé­ci­fique avec une ex­pé­rience vi­suelle et d’ou­vrir la conver­sa­tion sur l’im­pact re­li­gieux », ex­plique Mor­gan Ya­kus, ex-mo­deuse re­con­ver­tie dans l’hyp­nose à New York (voir en­ca­dré). Mais cet at­trait ne date pas d’hier. Les ré­fé­rences re­li­gieuses ou mys­tiques ont tou­jours su trou­ver une place sur les po­diums. Dé­jà en 1983, Vi­vienne West­wood dé­frayait la ch­ro­nique avec sa col­lec­tion « Witches » ins­pi­rée, par Keith Ha­ring, dont le tra­vail res­sem­blait, se­lon elle, à des hié­ro­glyphes et des signes ma­giques. Alexan­der Mc­queen n’était pas non plus dé­nué d’une cer­taine spi­ri­tua­li­té, comme le prouvent nombre de ses col­lec­tions ins­pi­rées par le pa­ga­nisme. Au­jourd’hui en­core, cet at­trait mys­tique est an­cré dans L’ADN de la mai­son, re­prise en 2010 par Sarah Bur­ton. Sans ou­blier le cas Ales­san­dro Mi­chele, le di­rec­teur ar­tis­tique de Gucci, qui ne quitte ja­mais ses bagues ta­lis­mans et compte chaque jour de plus en plus de fi­dèles. Adepte d’un cer­tain néo-sym­bo­lisme, il trouve son ins­pi­ra­tion, entre autres, dans l’his­toire et la na­ture. Pour sa col­lec­tion « The Al­che­mist Garden », il a ré­ha­bi­li­té l’ou­ro­bo­ros, em­blème égyp­tien re­pré­sen­tant un ser­pent qui se mord la queue

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.