Blan­ca­blan­ca LI­LI­PAR­MI

Glamour (France) - - SOCIÉTÉ -

«SUR­PRE­NANTE» ET «IM­PRÉ­VI­SIBLE».

Ce sont les mots qui fusent quand on de­mande aux dan­seurs de Blan­ca li de qua­li­fier leur cho­ré­graphe. «Elle est ma­lade!» ajoute en ri­go­lant un grand noir aux che­veux dé­co­lo­rés, ke­bab à la main. De­puis onze heures du ma­tin, ils sont une di­zaine à ré­pé­ter Elec­trik, un spec­tacle d’élec­tro-dance, dans un grand stu­dio de l’est pa­ri­sien, sous l’oeil bleu de Blan­ca. «Ne lâ­chez pas, gar­dez l’éner­gie!» lance-t-elle de temps à autre à Ma­ma­dou, Slate, Alou, Kha­led ou Ro­main… Pour la plu­part, des club kids qu’elle a re­pé­rés en boîte de nuit il y a six ans et dont la vé­lo­ci­té dans le tra­vail des bras – la par­ti­cu­la­ri­té de la teck­to­nik – tient du pro­dige. Alors, pas trop ga­lère de tra­vailler avec un groupe de dan­seurs jeunes et cha­hu­teurs? «Je les adore. J’ai tou­jours tra­vaillé POUR AP­PRENDRE À TE­NIR SES TROUPES, BLAN­CA A EU UN MO­DÈLE EF­FI­CACE: sa mère, pa­tronne d’une en­tre­prise es­pa­gnole de cinq cents em­ployés, et ma­man de sept en­fants, cinq filles et deux gar­çons. «Dans ma fa­mille, c’était le règne du “girl po­wer”», se sou­vient Blan­ca. Bar­dée de ré­com­penses, au­réo­lée de ses col­la­bo­ra­tions avec les plus grands, d’al­mo­do­var aux Daft punk, la cho­ré­graphe s’étonne pour­tant que les rênes du pou­voir, dans le mi­lieu de la danse, soient en­core qua­si ex­clu­si­ve­ment entre des mains mas­cu­lines. Rap­pe­lons ce chiffre éton­nant: sur les dix-neuf Centres cho­ré­gra­phiques na­tio­naux exis­tant en France, seize sont di­ri­gés par des hommes. «Dans les com­mis­sions comme au som­met des ins­ti­tu­tions, il y a une ma­jo­ri­té d’hommes. Alors que la base est très ma­jo­ri­tai­re­ment fé­mi­nine», confirme celle dont les spec­tacles ne bé­né­fi­cient d’au­cune sub­ven­tion pu­blique. Mais pas ques­tion pour Blan­ca de se lais­ser ga­gner par l’amer­tume. Après tout, sa danse, qu’elle soit contem­po­raine, fla­men­co, hip-hop ou élec­tro, rem­plit par­tout les salles. «Je me sou­viens d’une des pre­mières re­pré­sen­ta­tions avec les gar­çons. L’ac­cueil du pu­blic avait été si dé­li­rant, l’émo­tion pour eux avait été si forte, qu’après le tom­ber du ri­deau, ils avaient hur­lé de joie et avaient en­le­vé tous leurs vê­te­ments pour les je­ter en l’air.» Après le triomphe des pre­miers shows à la Mai­son des Arts de Cré­teil, la troupe d’ Elec­trik s’ap­prête à par­tir en tour­née dans toute la France. Blan­ca, bien sûr, veille­ra au grain. Un peu ma­man, un peu grande soeur, un peu BFF? «Par mo­ments, je peux être tout ça à la fois. Je peux faire la cui­sine pour tout le monde. Mais avant tout, c’est moi la boss.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.