JANELLE MONÁE

Glamour (France) - - Avant- Première -

De­puis le suc­cès de l’al­bum The Ele c tric Lad y (2013), Janelle Monáe s’était sur­tout illus­trée sur grand écran. D’abord dans l’os­ca­ri­sé Mo o nlig ht (bien joué pour une pre­mière ap­pa­ri­tion !) et dans Le s Fi­gure s d e l’o m b re , en scien­ti­fique de la Na­sa. Certes, son jo­li brin de voix s’était fait en­tendre sur des bandes-son de sé­ries ( The Ge t Do wn) ou de films ( Black Panthe r), mais la belle Janelle sem­blait avant tout se consa­crer à son nou­veau mé­tier d’ac­trice. C’était sans comp­ter la pré­sence de l’ange gar­dien Prince qui, avant de mou­rir, avait amor­cé le tra­vail sur le troi­sième al­bum de Janelle – « son es­prit ne me quit­te­ra ja­mais », a-t-elle af­fir­mé. Bi­jou ré­tro­fu­tu­riste de r’n’b fé­mi­niste, Dir­ty Co m p ute r est la preuve du cha­risme fou de miss Monáe, qui sait brû­ler les planches tout en en­flam­mant le dance-floor. Vi­ve­ment la tour­née eu­ro­péenne pré­vue pour 2019. C’est ce qui s’ap­pelle se faire dé­si­rer. So­phie Ro­se­mont Dir­ty Com­pu­ter, Jane lle Mo náe (Warne r).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.