LE TAUX D’HU­MI­DI­TÉ DES CHAN­SONS

QUAND L’EAU INS­PIRE LES MU­SI­CIENS, CE­LA DONNE DES MÉ­LO­DIES MÉLANCOLIQUES OU EUPHORIQUES. VOI­CI NOS QUATRE FAVORITES.

Glamour (France) - - Culture - Par So­phie Ro­se­mont

95 % « Sur­fin’ USA » des Beach Boys

Le nom de ce cé­lèbre groupe amé­ri­cain des an­nées 1960-1970 a dé­jà un fort po­ten­tiel hu­mide. Et ses tubes ont tous sou­vent rap­port à la mer ou aux vagues, comme « Lo­ne­ly Sea » ou « Co­ol, Co­ol Wa­ter » mais le cham­pion reste « Sur­fin’ USA ». Belles har­mo­nies, rock’n’roll ré­tro et bonne hu­meur com­mu­ni­ca­tive.

77 % « Rien que de l’eau » de Vé­ro­nique San­son

On as­siste, de­puis quelque temps, au re­tour de hype de notre Vé­ro na­tio­nale. Si ses chan­sons des an­nées 1970 sont ma­gni­fiques, on a une af­fec­tion par­ti­cu­lière pour les ar­ran­ge­ments ni­ne­ties de « Rien que de l’eau » et son re­frain im­pa­rable : « Rien que de l’eau de pluie, de l’eau de là-haut, et le so­leil blanc sur ta peau. »

55 % « Walk on Wa­ter » d’emi­nem (feat. Beyon­cé)

En plus du flow im­pec­cable d’emi­nem, qui ru­mine ses pro­blèmes exis­ten­tiels, s’im­pose le re­frain ul­time as­su­ré par Beyon­cé : « Je marche sur l’eau, mais je ne suis pas Jé­sus, je marche sur l’eau seule­ment quand elle est ge­lée. » Ce mé­lange de noir­ceur, d’iro­nie et de gui­mauve, c’est beau.

32 % « Smoke on The Wa­ter » de Deep Purple

Ce gros tube du groupe de rock amé­ri­cain est ins­pi­ré d’un fait di­vers : les mu­si­ciens as­sis­taient au concert des Rol­ling Stones au fes­ti­val de Mon­treux, au bord du lac de Ge­nève, quand un in­cen­die s’est dé­cla­ré. L’idée du feu sur l’eau fait son che­min et le fa­meux riff à quatre notes se classe n° 1 par­tout dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.