MI­CHEL LAU­GIER

PRÉ­SIDENT DE LA COM­MU­NAU­TÉ D’AG­GLO­MÉ­RA­TION DE SAINT-QUEN­TIN-EN-YVE­LINES

Golf Magazine - - ÉCO L’INTERVIEW DU MOIS -

À un peu plus d’un an de la Ry­der Cup au Golf Na­tio­nal, Mi­chel Lau­gier qui pré­side aux des­ti­nées de Saint-quen­tin-en-yve­lines nous ex­plique com­ment son ter­ri­toire vit et pré­pare cet évé­ne­ment unique.

Pour­quoi la Ry­der Cup 2018 est-elle si im­por­tante pour votre ter­ri­toire ? Le golf est très im­plan­té chez nous, puisque nous avons le Golf Na­tio­nal sur l’une des douze com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion de Saint-quen­ti­nen-yve­lines. Et nous par­ti­ci­pons éga­le­ment à l’or­ga­ni­sa­tion de l’open de France de­puis plu­sieurs an­nées. Avec la Ry­der Cup, nous al­lons évi­dem­ment pas­ser à un ni­veau su­pé­rieur. De plus, nous sommes, en Ilede-france, le deuxième pôle éco­no­mique après La Dé­fense et, comme l’évé­ne­ment bé­né­fi­cie de très fortes au­diences té­lé­vi­suelles, ce­la of­fri­ra à Saint-quen­tin-en-yve­lines un fort rayon­ne­ment en de­hors de nos fron­tières. En­fin, ce­la nous ouvre d’autres pers­pec­tives avec la can­di­da­ture de Pa­ris pour les jeux Olym­piques de 2024, car nous pour­rions ac­cueillir alors les épreuves de golf, mais aus­si celles de cy­clisme sur piste. Quelles ac­tions avez-vous dé­jà mises en place en vue de la Ry­der Cup? Tous les ans, on per­met à des sco­laires d’être ini­tiés au golf. Nous avons aus­si une mal­lette pé­da­go­gique mise en place avec l’ins­pec­tion aca­dé­mique et la Ff­golf. À par­tir du golf, les élèves de pri­maire tra­vaillent sur di­verses ma­tières comme les maths, la géo­gra­phie, les langues… L’ins­pec­teur de l’aca­dé­mie de Ver­sailles es­saie de dé­ve­lop­per ce pro­gramme sur l’en­semble des Yve­lines et a même réus­si à l’ex­por­ter vers d’autres aca­dé­mies. De plus, nous or­ga­ni­sons de grandes ma­ni­fes­ta­tions ou­vertes à tous, comme du golf de nuit ou du street golf, pour at­ti­rer de nou­velles po­pu­la­tions. Nos com­munes se sont aus­si mises à l’heure de la Ry­der Cup avec, par exemple, à la gare de Saint-quen­tin, un compte à re­bours de l’épreuve. En­fin, nous me­nons des ac­tions en di­rec­tion des jeunes en dif­fi­cul­té. En quoi consiste votre rôle pour cette Ry­der Cup ? Comme l’épreuve au­ra lieu sur notre ter­ri­toire, nous gé­rons tout ce qui se passe au­tour du Golf Na­tio­nal. Ain­si, l’ag­glo­mé­ra­tion tra­vaille de ma­nière in­ten­sive sur les ques­tions de cir­cu­la­tion, sur la mo­bi­li­té en gé­né­ral, avec nos voi­sins de l’es­sonne, la ré­gion Ile-de-france, ou en­core le Stif, le syn­di­cat des trans­ports d’ilede-france. Notre ob­jec­tif est de pou­voir ac­cueillir entre 60000 et 70000 per­sonnes par jour, du­rant toute la se­maine du tour­noi. Nous al­lons mettre en place de grands parkings, avec un ache­mi­ne­ment par bus. Nous al­lons donc créer une vé­ri­table gare rou­tière juste à l’en­trée du Golf Na­tio­nal, car seuls les bus ac­cé­de­ront au site. Avec le Stif, nous tra­vaillons pour qu’il y ait beau­coup de trains le ma­tin en pro­ve­nance de Pa­ris, afin que les pre­miers spec­ta­teurs puissent ar­ri­ver dès 6 heures, mais aus­si le soir pour re­par­tir.

Quelles re­tom­bées es­pé­rez-vous ? La Ry­der Cup de­vrait gé­né­rer quelque 225 mil­lions d’eu­ros de re­tom­bées éco­no­miques [NDLR: se­lon une étude réa­li­sée par les élèves D’HEC]. Je sou­haite qu’une part non né­gli­geable bé­né­fi­cie aux ac­teurs éco­no­miques de l’ag­glo­mé­ra­tion, comme les res­tau­ra­teurs, les hô­tels, les bou­tiques… Si l’on en croit l’im­pact que les cham­pion­nats du monde de cy­clisme sur piste ont eu en 2015, je pense qu’au ni­veau lo­cal, tout le monde en pro­fi­te­ra. Mais nous al­lons aus­si es­sayer de faire vivre notre ter­ri­toire du­rant cette com­pé­ti­tion. Nous ré­flé­chis­sons à l’or­ga­ni­sa­tion d’une vaste ma­ni­fes­ta­tion avec le monde éco­no­mique et les grands groupes mon­diaux qui se­ront pré­sents… Nous étu­dions en­core la forme que ce­la pour­rait prendre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.