DO­RIA­NO ROMBONI 1968-2013

GP Racing - - Grandangle - Pho­to Jean-Ai­gnan Mu­seau.

C’était le temps où per­sonne ne pleur­ni­chait quand les ca­ré­nages bruis­saient les uns contre les autres. C’était l’époque où la course n’avait rien à voir avec la mu­sique clas­sique, où Max Biag­gi et Lo­ris Ca­pi­ros­si croi­saient le fer avec Do­ria­no Romboni. Vain­queur de quatre Grands Prix 250 entre 1993 et 1995 après s’être im­po­sé à deux re­prises en 125 en 1990, au­teur d’un mé­mo­rable po­dium au GP 500 des Pays-Bas en 1997 avec le V2 Apri­lia, Romboni était un dur au coeur tendre. Un per­son­nage at­ta­chant qui ai­mait ra­con­ter ses courses clope au bec, un super pi­lote qui au­rait dû avoir un tout autre pal­ma­rès s’il ne s’était pas si sou­vent bles­sé. Do­ria­no a trou­vé la mort le 30 no­vembre lors de la course de su­per­mo­tard or­ga­ni­sée à La­ti­na en hom­mage à Mar­co Si­mon­cel­li. Père de trois filles, il al­lait avoir 45 ans. Adieu l’ami.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.