MO­TO2 L’IN­CROYABLE RE­MON­TÉE

GP Racing - - Tempsfort/ Moto2 - Par Michel Turco. Pho­tos Jean-Ai­gnan Mu­seau.

Alors qu’il comp­tait trente-huit points de re­tard sur Scott Red­ding à six courses de la fin, Pol Es­par­ga­ro est par­ve­nu à dé­cro­cher le titre de cham­pion du monde Mo­to2 avant même le der­nier Grand Prix. Ré­cit d’une in­croyable re­mon­tée.

Au soir du Grand Prix de Gran­deB­re­tagne, dé­but sep­tembre, Pol Es­par­ga­ro avait le mo­ral dans les chaus­settes. En dé­li­ca­tesse avec ses pneus et seu­le­ment hui­tième sur la ligne d’ar­ri­vée du cir­cuit de Sil­vers­tone, le pi­lote du team Pons voyait ses der­niers es­poirs de titre mon­diaux s’éloi­gner à tire d’ailes. Su­perbe vain­queur sur ses terres, Scott Red­ding por­tait en ef­fet à trente- huit points son avance au clas­se­ment gé­né­ral. Un gouffre alors qu’il ne res­tait plus que six courses au pro­gramme. En dé­but de sai­son, Es­par­ga­ro était pour­tant don­né ul­tra- fa­vo­ri pour suc­cé­der à Marc Mar­quez. En 2012, le Ca­ta­lan avait, il est vrai, été le seul à don­ner du fi l à re­tordre à son pro­di­gieux com­pa­triote. Vice- cham­pion du monde, vain­queur de quatre Grands Prix, le frère ca­det de la fa­mille Es­par­ga­ro avait même re­lé­gué An­drea Ian­none, troi­sième du cham­pion­nat, à soixante- quinze points. « Pol a fait l’er­reur de croire que ça al­lait être fa­cile, glisse Aleix, son fran­gin. Il a at­ta­qué la sai­son sans être vrai­ment concen­tré sur son su­jet. Et il l’a payé cher. » Sito Pons, qui en connaît un rayon, ajoute : « Dé­cro­cher un titre de cham­pion du monde, ça n’est ja­mais simple. » Vain­queur au Qa­tar, Pol a mis un ge­nou à terre dès le Grand Prix sui­vant, à Aus­tin. Vic­time d’une chute, le pi­lote Ka­lex ne se ras­su­rait pas vrai­ment à Je­rez, où il lui fal­lait se conten­ter de la troi­sième marche du po­dium. « Je suis en­core al­lé à la faute au Mans. Et puis en Ita­lie, j’étais lar­gué, in­ca­pable de gé­rer l’usure de mes pneus. » Dans la fou­lée de la course du Mu­gel­lo, le team Pons ef­fec­tue une séance d’es­sais qui per­met à ses deux pi­lotes

de mettre le doigt sur de nou­veaux ré­glages. « C’est ce qui m’a ai­dé à ga­gner les deux Grands Prix sui­vants, à Bar­ce­lone et à As­sen. » L’em­bel­lie est de courte du­rée. Contre toute at­tente, Jor­di Torres, Ti­to Ra­bat et Mika Kal­lio s’im­posent au coeur de l’été alors que Pol ne par­vient pas à trou­ver la ré­gu­la­ri­té qui lui fait dé­faut de­puis le dé­but de la sai­son. Heu­reu­se­ment pour lui, Scott Red­ding avance, lui aus­si, en dents de scie. Mais en évi­tant les ré­sul­tats blancs, le pi­lote de l’équipe Marc VDS se main­tient en haut du clas­se­ment. Pour sa qua­trième sai­son sous la coupe de Mi­chael Bar­tho­le­my, le Bri­tan­nique semble alors bien par­ti pour dé­cro­cher le titre. Scott va y croire jus­qu’à la séance de qua­li­fi ca­tion du Grand Prix d’Aus­tra­lie où, vic­time de sa troi­sième chute de la sai­son, il se frac­ture le poi­gnet. « C’est à ce mo­ment­là que le ciel nous est tom­bé sur la tête, ra­conte son team ma­na­ger. Après tous les sa­cri­fi ces qu’il avait faits pour se main­te­nir en tête du cham­pion­nat, cette bles­sure a été vé­cue comme une pro­fonde in­jus­tice. »

ES­PAR­GA­RO S’EST RE­PRIS POUR RE­FAIRE SON RE­TARD

Vain­queur à Phil­lip Is­land, Pol Es­par­ga­ro s’est alors ir­ré­mé­dia­ble­ment em­pa­ré des com­mandes du cham­pion­nat. En ar­ri­vant à Mo­te­gi, le pi­lote de Sito Pons n’avait plus que neuf points à prendre pour s’as­su­rer le titre. Une for­ma­li­té que Red­ding avait pour­tant dé­ci­dé de contra­rier, contre toute at­tente, en choi­sis­sant de s’ali­gner au GP du Ja­pon. C’était mal­heu­reu­se­ment sans comp­ter sur un nou­veau coup du sort pour le pi­lote de l’équipe Marc VDS qui s’en­vo­lait quand Ti­to Ra­bat tom­bait de­vant lui. Pri­vé des deux der­niers ri­vaux en­core en me­sure de contrer ses am­bi­tions, Es­par­ga­ro n’avait plus qu’à se conten­ter d’une sep­tième place pour de­ve­nir le qua­trième cham­pion du monde de l’his­toire du Mo­to2. L’Es­pa­gnol a fait mieux en al­lant cher­cher sa sixième vic­toire de la sai­son pour fê­ter son titre di­gne­ment. « Nous sommes dé­so­lés de ce qui est ar­ri­vé à Scott, mais je ne crois pas que l’on puisse dire que Pol a vo­lé son titre, plaide Sito Pons. Il a eu un dé­but de sai­son com­pli­qué, mais il a su se re­prendre pour re­faire son re­tard course après course. Il ne s’est pas dé­cou­ra­gé, et il mé­rite la ré­com­pense qui est sienne au­jourd’hui. » Per­sonne ne di­ra le contraire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.