MO­TO3

VIÑALES SUR LE PO­TEAU

GP Racing - - Tempsfort/ Moto3 - Par Michel Turco. Pho­tos Jean-Ai­gnan Mu­seau.

Lea­der du cham­pion­nat Mo­to3 de­puis le Grand Prix de Ca­ta­logne, Luis Sa­lom s’est fait coif­fer sur le po­teau par Ma­ve­rick Viñales et Alex Rins. Plom­bé par deux ré­sul­tats blancs en Aus­tra­lie et à Va­lence, le pi­lote du team Ajo a cra­qué au plus mau­vais mo­ment. Viñales dé­croche pour sa part un titre qu’il n’es­pé­rait plus.

En rem­por­tant le Grand Prix de Ma­lai­sie, pre­mière épreuve d’une tour­née ou­tre­mer dé­ci­sive pour l’at­tri­bu­tion du titre de cham­pion du monde, Luis Sa­lom pen­sait avoir fait le plus dur. Pas tant par le fait d’avoir por­té à qua­torze points son avance sur Alex Rins – alors deuxième du clas­se­ment gé­né­ral –, mais sur­tout pour avoir im­po­sé une sa­crée le­çon à ses ad­ver­saires. « C’est as­su­ré­ment la plus belle course de ma vie, se fé­li­ci­tait alors le Ma­jor­quin. La ba­garre avec Alex a été mer­veilleuse et je suis vrai­ment sa­tis­fait du tra­vail que nous avons ef­fec­tué ce week- end. Après deux courses en de­mi- teinte, je me suis ré­veillé. Il faut main­te­nant que je reste concen­tré et que je donne tout pour les trois der­niers Grands Prix. On fe­ra les comptes à Va­lence pour sa­voir qui est en tête. » Mal­heu­reu­se­ment pour le pi­lote du team Red Bull KTM, ces fa­meux comptes ne se­ront alors pas en sa fa­veur. Ni d’ailleurs en celle d’Alex Rins, qui sem­blait pour­tant le mieux pla­cé pour contra­rier le des­sein de Sa­lom. Après un GP d’Aus­tra­lie qui vit le pro­té­gé d’Emi­lio Al­za­mo­ra s’im­po­ser de­vant Viñales et Sa­lom au terme d’une nouvelle em­poi­gnade entre les trois can­di­dats au titre, l’épreuve sui­vante à Mo­te­gi tour­na fran­che­ment à l’avan­tage du troi­sième lar­ron qui poin­tait pour­tant à vingt- six lon­gueurs du lea­der au soir de Sepang. Sa­lom et Rins au ta­pis, Viñales re­ve­nait en ef­fet à cinq points de Sa­lom et à deux points de Rins. Et ce­lui qui n’avait plus ga­gné de­puis le Grand Prix de France, au mois de mai, al­lait s’im­po­ser

à Va­lence pour dé­cro­cher, à dix- huit ans, son pre­mier titre de cham­pion du monde. Bles­sé à la main du­rant les tests de pré- sai­son, Viñales avait pour­tant sem­blé avoir du mal à se re­mettre d’une fi n de sai­son 2013 com­pli­quée. « Outre le fait d’ap­prendre à pi­lo­ter un 4- temps, il a dû aus­si com­po­ser l’an der­nier avec une Hon­da moins per­for­mante que les KTM de ses ad­ver­saires » , rap­pelle Nieto, le pa­tron du team Cal­vo. D’où le coup de gueule du ga­min qui dé­ci­da de cla­quer la porte du team Blusens avant le Grand Prix de Ma­lai­sie. Une er­reur qui au­rait pu lui coû­ter cher, mais dont Pa­blo Nieto a su pro­fi ter pour l’en­ga­ger en lui pro­po­sant la même mo­to que Luis Sa­lom. « Cette an­née, j’ai eu une super ma­chine, se fé­li­cite le nou­veau cham­pion du monde. Ce­la m’a per­mis de gé­rer et de gar­der mon calme, même quand tout n’al­lait pas comme je le sou­hai­tais. » Le ré­sul­tat est là. L’an der­nier, Ri­card Jove com­pa­rait ce­lui qui était en­core son pou­lain à Da­ni Pe­dro­sa. « C’est son mo­dèle, dé­cri­vait le ma­na­ger es­pa­gnol. Il est aus­si dis­cret, dé­ter­mi­né et tra­vailleur que Da­ni. Il a un men­tal et une confi ance en lui in­croyables. Il ne doute de rien, il est con­vain­cu de pou­voir ga­gner toutes les courses. Quand il n’y ar­rive pas, il entre dans une rage noire, c’est un très mau­vais per­dant. Il a fal­lu lui faire com­prendre que pour être cham­pion, il ne faut pas ga­gner toutes les courses. Il faut par­fois ac­cep­ter de fi nir aux places d’hon­neur. » C’est ce qu’il a fait cette sai­son en se conten­tant de trois vic­toires mais en en­chaî­nant quinze podiums, comme San­dro Cor­tese en 2012.

1, 2 et 3- Viñales s’est im­po­sé sur le fil en rem­por­tant le der­nier Grand Prix de la sai­son sur le cir­cuit de Va­lence. Le pi­lote Cal­vo n’au­ra ga­gné qu’à trois re­prises cette sai­son, mais sa ré­gu­la­ri­té a fait la dif­fé­rence. 4- Viñales et Sa­lom en Mo­to2, Alex Rins se­ra le fa­vo­ri du cham­pion­nat 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.