Pe­dro­sa

GP Racing - - Mag/ Motogp -

Nous ne sau­rons ja­mais si Da­ni au­rait été le même sans Al­ber­to Puig. Car le pi­lote s’est tout sim­ple­ment ap­pro­prié le ca­rac­tère de son ma­na­ger. La meilleure fa­çon de dé­crire la re­la­tion au monde dans le­quel il évo­lue, c’est de dire qu’idéa­le­ment, il pour­rait pi­lo­ter sur des cir­cuits vides – ce­ci in­cluant l’ab­sence des jour­na­listes, bien en­ten­du. Pour être tout à fait juste, il a ap­pris au fi l des ans à de­ve­nir plus accessible, et a plus ou moins in­té­gré le fait qu’il n’est pas pos­sible de s’ex­clure du monde dans le­quel il vit. Mais ses ef­forts va­rient tou­te­fois se­lon son hu­meur. Cette ca­rac­té­ris­tique ty­pique de sa per­son­na­li­té se re­trouve aus­si lors­qu’il est ame­né à ré­pondre à des in­ter­views. Mieux vaut avoir la chance de le ren­con­trer lorsque son hu­meur est au beau fi xe car s’il s’agit d’un mau­vais jour, ses ré­ponses se li­mi­te­ront à « oui » , ou à « non » . Et si Da­ni li­sait cet ar­ticle, il y a fort à pa­rier qu’il nous ré­pon­drait : « C’est de votre faute. Vous n’avez qu’à me po­ser des ques­tions in­té­res­santes. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.