Sa­me­di ma­tin

GP Racing - - Temps fort -

Ex­cep­tion­nel­le­ment, Fa­bio quitte l’hô­tel seul. Edouar­do Mar­tin, qui veille avec une main de fer à la vie et à la car­rière de Fa­bio, est res­té dans sa chambre. Of­fi ciel­le­ment, il est pa­traque. Of­fi cieu­se­ment, les mau­vaises langues le soup­çonnent de fuir les as­sauts ré­pé­tés des jour­na­listes qui le ques­tionnent sur l’ave­nir de son pro­té­gé. C’est donc dans la voi­ture des en­voyés spé­ciaux de GP Ra­cing qu’il se rend au cir­cuit. Sans lâ­cher son iP­hone et un jeu où une mo­to de trial fran­chit d’énormes obs­tacles. Évi­dem­ment, c’est pour fayo­ter au­près de Pascal Cou­tu­rier, le boss de Shoei Eu­rope, an­cien tria­liste... Le ton change à l’ar­ri­vée dans le pad­dock du « Bri­ckyard » , le cir­cuit d’In­dia­na­po­lis. Après un ra­pide tour dans le box où il révise le tra­cé du cir­cuit sur un plan, Fa­bio fonce dans « l’of­fi ce » , un ga­rage qui se si­tue à une cen­taine de mètres de son stand. Face à un em­pi­le­ment de pièces de re­changes et dos aux fl ight- cases qui ont ser­vi à trans­por­ter le ma­tos, Fa­bio s’isole. Avec son casque sans fi l sur la tête, il at­taque l’échauf­fe­ment en sui­vant à la lettre un pro­gramme pré- en­re­gis­tré sur son iP­hone.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.