LÈVE LE VOILE

GP Racing - - Présentation - Par Mi­chel Tur­co. Pho­tos Jean-Ai­gnan Mu­seau.

Avec le re­tour du Grand Prix d’Au­triche au ca­len­drier, KTM ne pou­vait que pro­fi­ter de l’oc­ca­sion pour pré­sen­ter son pro­jet Mo­toGP. La RC16 a donc ef­fec­tué sur le Red Bull Ring ses pre­miers tours de roues en pu­blic, tan­dis que ses res­pon­sables confiaient leurs am­bi­tions à la presse.

Voi­là donc la RC16 avec la­quelle Brad­ley Smith et Pol Es­par­ga­ro es­saie­ront, l’an pro­chain, de faire briller en Mo­toGP les cou­leurs de l’usine KTM. « Ce ne se­ra pas tout à fait la même, pré­cise Se­bas­tian Risse, le di­rec­teur tech­nique du dé­par­te­ment vi­tesse du ser­vice course au­tri­chien. Notre mo­to est tou­jours en phase de dé­ve­lop­pe­ment et il nous reste en­core quelques mois pour fi na­li­ser la ver­sion qui dé­bu­te­ra le cham­pion­nat 2017. » Pour l’heure, on ne sait pas grand- chose de cette RC16. Se­bas­tian Risse ne s’est guère éten­du sur les don­nées tech­niques. Il n’a pas vou­lu don­ner l’angle du V4 conçu par Kurt Trieb, le mo­to­riste mai­son, mais on peut pen­ser qu’il est de 90° puisque l’in­gé­nieur au­tri­chien a as­su­ré qu’il ne dis­po­sait pas d’arbre d’équi­li­brage. On ne sait pas non plus dans quel sens tourne le vi­le­bre­quin. En re­vanche, à en croire les pi­lotes qui l’ont es­sayé, le mo­teur KTM pos­sède une belle al­longe et un ca­rac­tère agréable. Cô­té par­tie- cycle, les Au­tri­chiens res­tent fi dèles à leur cadre mul­ti­tu­bu­laire qui, tou­jours se­lon Risse, per­met des mo­di­fi ca­tions simples et ra­pides aus­si bien en termes de géo­mé­trie que de ri­gi­di­té. En dé­voi­lant son nou­veau bé­bé sous le feu des fl ashs des pho­to­graphes pré­sents dans la salle de presse du Red Bull Ring en ce sa­me­di 12 août 2016, Ste­fan Pie­rer avait quant à lui du mal à ca­cher son émo­tion : « C’est un grand jour pour KTM... Nous avons com­men­cé notre his­toire par le tout- ter­rain, où nous nous sommes im­po­sés, puis nous avons at­ta­qué le mar­ché des mo­tos de route. La com­pé­ti­tion ayant tou­jours été dans notre ADN, nous avons mis un pied en Grands Prix... Nous voi­là au­jourd’hui en Mo­toGP. Y dé­cro­cher le titre de cham­pion du monde se­rait le rêve de ma vie. » Que de che­min par­cou­ru en tout cas par le PDG de la marque au­tri­chienne qui, en 1992, s’était re­trou­vé à la tête d’une so­cié­té en faillite. Après avoir re­con­quis ses lettres de no­blesse, et rem­pli le ti­roir- caisse, avec l’ « off- road » , KTM en­tend dé­sor­mais pas­ser la vi­tesse su­pé­rieure avec l’ « on- road » .

« LA PLACE D’UNE USINE COMME KTM EST EN MO­TOGP »

Après quelques sai­sons plus ou moins réus­sies au mi­tan des an­nées 2000 dans les ca­té­go­ries 125 ( pre­mière vic­toire avec Sto­ner en 2004 à Se­pang, titre construc­teur en 2005, 2e place de Kal­lio au cham­pion­nat du monde 2006) et 250 ( po­dium à Do­ning­ton en 2005 avec West), et Mo­toGP avec une col­la­bo­ra­tion ra­tée avec le team Ro­berts, le construc­teur au­tri­chien a mis en place une stra­té­gie à long terme qui porte au­jourd’hui ses fruits. Clin d’oeil de l’his­toire, la Red Bull Rookies Cup – fi dèle à KTM de­puis sa créa­tion – fête cette an­née son dixième an­ni­ver­saire. C’est avec l’avè­ne­ment du quatre- temps et de la ca­té­go­rie Mo­to3 que l’usine de Mat­ti­gho­fen a rem­por­té ses deux pre­miers titres de cham­pion du monde en 2012 et 2013 grâce à San­dro Cor­tese et Ma­ve­rick Viñales. « Il nous fal­lait al­ler plus loin » , ex­plique Pie­rer. Tout est en fait al­lé as­sez vite... Car­me­lo Ez­pe­le­ta n’a pas ou­blié sa dis­cus­sion avec le pa­tron de KTM au Grand Prix du Qa­tar 2014. « Il était can­di­dat à la four­ni­ture des mo­teurs de la ca­té­go­rie Mo­to2, ra­conte le boss de Dorna Sport. Je lui ai ré­pon­du que la place d’une usine comme KTM était en Mo­toGP. » Le con­seil n’est pas tom­bé dans l’oreille d’un sourd. Quelques se­maines plus tard, la dé­ci­sion était prise et un pro­gramme mis en oeuvre. « Ce­la nous a tout de même de­man­dé de consi­dé­rables ef­forts et de gros in­ves­tis­se­ments, note Pit Bei­rer, le res­pon­sable du ser­vice course. Aus­si bien sur le plan hu­main, avec une sé­rie d’em­bauches, qu’au ni­veau de nos in­fra­struc­tures qu’il a failli agran­dir. » Avec la RC16, KTM se­ra l’an pro­chain pré­sent dans toutes les ca­té­go­ries puisque le team Ajo Mo­tor­sport dis­po­se­ra en Mo­to2 d’un cadre KTM. « Notre am­bi­tion, c’est de me­ner un ga­min de la Rookies Cup au Mo­toGP sans qu’il ne quitte ja­mais la fa­mille KTM » , ré­sume Pie­rer. Au Grand Prix d’Au­triche, Mi­ka Kal­lio et Alex Hof­mann ont ef­fec­tué quelques tours pour pré­sen­ter cette RC16 qui dé­bu­te­ra en course à la fi n de la sai­son, à Va­lence, aux mains du pi­lote fi nlan­dais. Comme l’avait fait Su­zu­ki avec Ran­dy de Pu­niet en 2014, cette wild card per­met­tra aux tech­ni­ciens KTM de ré­cu­pé­rer les der­nières in­fos avant de pré­pa­rer la mo­to qui par­ti­ci­pe­ra, en fé­vrier pro­chain, aux pre­miers tests 2017 à Se­pang. La RC16 s’est dé­jà confron­tée à ses fu­tures ri­vales lors de la séance de tests or­ga­ni­sée fi n juillet à Spiel­berg. Kal­lio y a rou­lé à deux se­condes du meilleur chro­no réa­li­sé par la Du­ca­ti d’An­drea Ian­none. Une per­for­mance en­cou­ra­geante à ce stade du dé­ve­lop­pe­ment, d’au­tant que le Fin­lan­dais n’a plus le rythme de la com­pé­ti­tion. Au­tant dire que Mike Leit­ner, en charge de la mise en place de la nou­velle équipe Mo­toGP, est im­pa­tient de voir Smith et Es­par­ga­ro au gui­don de la RC16. Il fau­dra pour ce­la at­tendre le len­de­main du der­nier Grand Prix à Va­lence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.