LA SAI­SON 2016 BAT DES RE­CORDS DE... PLU­VIO­MÉ­TRIE !

GP Racing - - Temps Fort / MotoGP -

sur la plus haute marche. L’an der­nier, à pa­reille époque, le pi­lote Hon­da comp­tait le même nombre de vic­toires. En re­vanche, avec trois ré­sul­tats blancs, il avait ins­crit vingt- huit points de moins et ne poin­tait qu’à la troi­sième place du clas­se­ment gé­né­ral. Mal­gré une RC213V en manque de per­for­mance, le double cham­pion du monde Mo­toGP a re­te­nu les le­çons du pas­sé et a com­pris que pour ter­mi­ner la sai­son en pre­mière po­si­tion, il ne ser­vait à rien d’es­sayer de ga­gner toutes les courses. Lea­der avec 53 points d’avance au soir du Grand Prix de Ré­pu­blique tchèque, Mar­quez n’est pas loin de te­nir son des­tin en main. Il n’en est bien sûr pas de même pour Va­len­ti­no Ros­si et Jorge Lo­ren­zo. L’an der­nier, au soir de la course à Br­no, les deux pi­lotes Ya­ma­ha étaient à éga­li­té en tête du cham­pion­nat avec 211 points cha­cun. Cette sai­son, ils en ont mar­qué plus d’une soixan­taine de moins après onze Grands Prix. Après avoir cas­sé un mo­teur au Mu­gel­lo, Ros­si est tom­bé aux Pays- Bas et n’a pu faire mieux que 8e en Al­le­magne. Quant à Lo­ren­zo, après s’être fait per­cu­ter par Ian­none à Bar­ce­lone, il s’est noyé lors des trois courses dis­pu­tées sur le mouillé, à As­sen, au Sach­sen­ring et à Br­no. Avec seule­ment sept points mar­qués lors de ces trois épreuves, le cham­pion du monde en titre a to­ta­le­ment dé­vis­sé au clas­se­ment gé­né­ral, lais­sant même son co­équi­pier lui re­pas­ser de­vant. Avec seule­ment un po­dium de­puis le mois de mai, on ne voit pas com­ment Lo­ren­zo pour­rait au­jourd’hui ren­ver­ser la va­peur. Il ne semble d’ailleurs plus guère y croire. Il y a bien long­temps que l’on n’avait vu le pi­lote Ya­ma­ha aus­si peu com­ba­tif, comme s’il était dé­jà tour­né vers son pro­chain dé­fi sous les cou­leurs Du­ca­ti. « C’est une sai­son un peu étrange, ré­sume Car­lo Pernat en ob­ser­va­teur aver­ti. Le fait que la plu­part des nou­veaux contrats aient été si­gnés en dé­but de sai­son a pas mal cham­bou­lé l’am­biance dans plu­sieurs équipes. Et par­ti­cu­liè­re­ment du cô­té de Lo­ren­zo. Du­rant des se­maines, il a uti­li­sé son éner­gie à es­sayer de convaincre For­ca­da et ses mé­ca­ni­ciens de le suivre. Tous ont re­fu­sé. Il a en­suite en­chaî­né les soi­rées avec Dall’Igna pour dé­ci­der avec qui il pour­rait fi na­le­ment tra­vailler l’an pro­chain. Ce se­ra fi na­le­ment Gab­ba­ri­ni. L’ave­nir est ré­glé mais la sai­son n’est pas en­core ter­mi­née. Et il faut conti­nuer avec des gens en qui il n’a plus confi ance. » Quoi qu’il en soit, trois pi­lotes ont pro­fi té des ava­tars des têtes d’af­fi che – mais pas que – pour rem­por­ter leur pre­mier Grand Prix en Mo­toGP : Jack Miller sous un dé­luge à As­sen, An­drea Ian­none sur l’ul­tra- ra­pide cir­cuit de Spiel­berg, et Cal Crut­chlow grâce à un ju­di­cieux choix de pneu­ma­tiques à Br­no. Si on ne se sou­vient plus de la der­nière fois où l’on avait eu six vain­queurs dif­fé­rents en onze Grands Prix, on se rap­pelle qu’on n’avait plus as­sis­té à une vic­toire d’un pi­lote Du­ca­ti de­puis 2010. Quant au der­nier suc­cès d’une équipe in­dé­pen­dante, comme le team Marc VDS ou l’écu­rie LCR, il re­mon­tait à la vic­toire de Toni Elias au Por­tu­gal en 2006. L’Es­pa­gnol cou­rait alors sur une Hon­da aux cou­leurs Gre­si­ni.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.