Un tour avec Jo­han van de Wal

GP Racing - - Historique -

Dans le mi­lieu de la course aux Pays-Bas, Jo­han van de Wal est sur­nom­mé « Mon­sieur en­du­rance ». Il par­ti­ci­pa à cinq re­prises à la cé­lèbre course des 24 Heures de Bar­ce­lone où il ter­mi­na deuxième avec Bert Struyk en 1980. Ex­ploit ré­ité­ré en 1984 sur Hon­da avec ses co­équi­piers, Pa­trick de Ra­di­guès et Jo­sé Ma­ria Mal­lol. De­puis de nom­breuses an­nées, Jo­han vit en An­dorre avec sa fa­mille où il pos­sède une conces­sion de mo­tos et or­ga­nise des vi­rées en mon­tagne pour les pi­lotes d’en­du­ro. Il nous a re­joints à Bar­ce­lone pour nous of­frir une vi­site gui­dée du cir­cuit de Mont­juïc qu’il connaît sur le bout des doigts. Au­jourd’hui, qui­conque se rend à Bar­ce­lone peut em­prun­ter le tra­cé de l’an­cien cir­cuit, car les routes sont tou­jours là, ou­vertes à la cir­cu­la­tion et qua­si­ment in­chan­gées. Voi­ci un ré­su­mé des com­men­taires de Jo­han : « Nous com­men­çons notre tour à l’en­droit où le dé­part des pre­mière et der­nière courses a été don­né : la Rec­ta de las Fuentes.On ins­tal­lait les stands tem­po­raires au pied des es­ca­liers du pa­lace,avec vue sur les deux tours vé­ni­tiennes.De l’autre cô­té,il y avait le tra­di­tion­nel dé­part fa­çon Le Mans,ain­si que la grille des GP avant qu’elle ne soit dé­pla­cée au som­met de la mon­tagne.C’est la par­tie la plus basse du cir­cuit,où les pi­lotes pas­saient dans le vi­rage en S au­tour de la Per­go­la à une vi­tesse folle jus­qu’à l’un des plus longs vi­rages à n’avoir ja­mais exis­té sur un cir­cuit.Il est main­te­nant cou­pé par un rond-point (le seul sur l’an­cien cir­cuit). C’est un vi­rage à gauche en mon­tée in­ter­mi­nable qui culmine à San Jorge (Sant Jor­di),bor­dé de pal­miers.Après une courbe à droite,où l’on ouvre la poi­gnée de gaz à fond,on pas­sait l’an­cienne grille des GP avec la par­tie Olym­pique à droite,tou­jours à pleine vi­tesse.Au bout de la ligne droite du som­met,les pi­lotes de­vaient faire at­ten­tion car les mo­tos dé­col­laient. Une fois les deux roues re­ve­nues sur le sol,il fal­lait frei­ner au maxi­mum pour le gauche très ser­ré,puis la des­cente com­men­çait en pas­sant Ro­sa­le­da et Font del Gat (la fon­taine du chat).Cette sec­tion du cir­cuit était une suite d’épingles et de vi­rages à 90° à prendre en deuxième.Les routes étaient as­sez larges,donc on avait une bonne marge pour la tra­jec­toire en en­trée de vi­rage.C’est un peu com­pa­rable au cir­cuit de Mo­na­co et à cet en­droit,il y a une vue fan­tas­tique sur Bar­ce­lone (même si on n’en pro­fite pas vrai­ment sur le mo­ment...).Puis on ar­ri­vait auTea­tro Gre­co qui res­semble un peu à une église, on était à pré­sent au ni­veau de la mer où l’on pre­nait le gauche ser­ré versVias qui me­nait au der­nier vi­rage à gauche en angle droit,et on re­pas­sait la ligne de dé­part.Les pi­lotes d’en­du­rance s’ar­rê­taient à gauche dans l’an­cienne sta­tion-ser­vice pour faire le plein à la pompe : les ra­vi­taille­ments ra­pides n’étaient pas au­to­ri­sés à Bar­ce­lone. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.