LE MO­TEUR CONTRA­RO­TA­TIF

GP Racing - - Rotation Technique/ - Par Marc Se­riau. Pho­tos Jean-Ai­gnan Mu­seau. In­fo­gra­phies Laurent Hin­dry­ckx.

Mythe, ma­gie ou réa­li­té, ce­lui qui tourne à l’in­verse de la ro­ta­tion des roues équipe au­jourd’hui toutes les Mo­toGP. Mais pour­quoi ?...

Au vu de l’in­croyable ri­chesse de l’his­toire des tech­no­lo­gies mo­to­cy­clistes, il est im­pos­sible de clai­re­ment dé­fi nir la pre­mière ap­pa­ri­tion d’un mo­teur contra­ro­ta­tif, mais on pour­ra néan­moins no­ter l’ap­pa­ri­tion en 1985 d’une Ya­ma­ha OW81, V4 à 60° dont les deux vi­le­bre­quins tournent en sens op­po­sés... Plus in­té­res­sant, car plus proche de la confi gu­ra­tion ac­tuelle des Mo­toGP, Hon­da mo­di­fi e en 1987 le sens de ro­ta­tion du vi­le­bre­quin de sa NSR 500 née en 1984. Pas­sant d’un sens de ro­ta­tion clas­sique à un mo­teur contra­ro­ta­tif, elle rem­por­te­ra huit des treize titres mon­diaux res­tants en 500 cm3, avant le pas­sage en Mo­toGP. La so­phis­ti­ca­tion va même plus loin puis­qu’à par­tir de 1991, la NSR 500 offre la pos­si­bi­li­té d’in­ver­ser très fa­ci­le­ment son sens de ro­ta­tion mo­teur pour s’adap­ter à chaque cir­cuit, au moyen d’un pi­gnon que l’on dé­place. On re­trou­ve­ra ce sys­tème plus tard, mais cette fois à l’aide d’une chaîne, sur la KR3 500 cm3 du team de Ken­ny Ro­berts. En 2002, lors du pas­sage des 500 2- temps aux Mo­toGP 4- temps 1 000 cm3, tous les construc­teurs re­viennent à l’ar­chi­tec­ture tra­di­tion­nelle et il fau­dra at­tendre les an­nées 2004/ 2005 pour voir la Ya­ma­ha M1 de Va­len­ti­no Ros­si adop­ter un mo­teur contra­ro­ta­tif. Une so­lu­tion que le fa­bri­cant d’Iwa­ta conserve en­core au­jourd’hui. Les choses per­durent ain­si jus­qu’en 2015, an­née où Du­ca­ti em­boîte le pas à Ya­ma­ha en pré­sen­tant sa GP15, sous l’im­pul­sion de Gi­gi Dall’Igna. Su­zu­ki, qui fait son re­tour en Mo­toGP, uti­lise éga­le­ment cette ar­chi­tec­ture pour son quatre- cy­lindres en ligne. En­fi n, en 2016, Hon­da tente de ré­soudre les pro­blèmes de whee­ling de sa très courte RC213V en in­ver­sant son sens de ro­ta­tion mo­teur, tout comme Apri­lia qui a aban­don­né son pro­pul­seur ba­sé sur le mo­teur de sé­rie pour un nou­veau V4 tour­nant à l’en­vers. Ain­si, au­jourd’hui, toutes les Mo­toGP uti­lisent un mo­teur contra­ro­ta­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.