« DANS LA COURBE APRÈS LA LIGNE DROITE, RE­BE­LOTE, MON MO­TEUR AC­CÉ­LÈRE TOUT SEUL »

GP Racing - - Rencontre -

in­croyable. Il avait confi ance dans son pro­jet, j’avais confi ance en lui » , com­mente so­bre­ment Bayle. La Mo­de­nas s’avère per­for­mante, Jean- Mi­chel s’of­fri­ra au moins une pre­mière ligne à son gui­don. « Mais elle man­quait cruel­le­ment de fi abi­li­té. On cas­sait tout le temps. Et en­core, je m’en sor­tais pas mal, Ju­nior ( Ndlr : Ken­ny Jr) avait en­core plus de mal que moi. J’au­rais peut- être pré­fé­ré rou­ler avec une autre mo­to, mais je l’ai fait avec ap­pli­ca­tion. Dé­ve­lop­per une mo­to de A jus­qu’à Z est une aven­ture qui laisse de grands sou­ve­nirs. » Ain­si, de­puis le dé­but de l’an­née, JMB se plai­gnait du manque de ri­gi­di­té de la mo­to et ré­cla­mait des fi xa­tions mo­teur plus épaisses. « À 15 mi­nutes de la fin de la séance qua­lif du Grand Prix d’In­do­né­sie, je rentre au box pour mettre un pneu neuf. Je suis bien. Dans les cinq. Mais j’ai quand même un vrai pro­blème. Lorsque je rentre dans un vi­rage, tout fonc­tionne jus­qu’au mo­ment où la mo­to se cale sur l’angle. Le mo­teur se met alors à ac­cé­lé­rer tout seul... Je leur de­mande de vé­ri­fi er les don­nées qui confi rment mes dires. Ils re­gardent ra­pi­de­ment la mo­to, ne voient rien. Je re­pars avec Ju­nior, à la peine, et qui a de­man­dé à me suivre, dans ma roue. Après mon tour de lan­ce­ment, je rentre dans la courbe après la ligne droite. Re­be­lote, mon mo­teur ac­cé­lère tout seul. Je me dé­brouille avec le frein ar­rière... Je suis en pre­mière ligne.

« TOUS LES CONTRATS ONT ÉTÉ SI­GNÉS... SANS MOI ! »

On rentre au box, Ju­nior fi le voir son père et lui lâche : « Il est com­plè­te­ment barge... Il rentre dans les vi­rages et dé­jà, il ac­cé­lère ! » Une heure après, les mé­ca­nos lui servent le mor­ceau. Les pattes de fi xa­tion mo­teur étaient cas­sées et il ne te­nait plus que par l’an­crage du bras os­cil­lant. Lorsque le bouilleur des­cen­dait dans le cadre, il ti­rait avec lui le câble de gaz, ce qui pro­vo­quait l’ac­cé­lé­ra­tion du mo­teur ! « Tu nous as de­man­dé des pattes mo­teur plus ri­gides, alors que tu as fait ton meilleur temps sans elles... » , avait conclu l’équipe tech­nique. « J’étais sur le cul. Mais c’est ce qui fai­sait que cette aven­ture était ma­gique ! » , s’ex­clame JMB. Moins ma­giques étaient les casses mo­teur à ré­pé­ti­tion : « Sou­vent, lorsque j’at­ta­quais un tour ra­pide après mes tours de ro­dage, je cas­sais mon mo­teur et je me met­tais une boîte. Ju­nior cas­sait au­tant de mo­teurs que moi, mais lui ne tom­bait ja­mais. J’en dis­cute avec les gars de l’ac­qui­si­tion de don­nées. Ils sont gê­nés, ne veulent pas trop en par­ler. Ne veulent sur­tout pas que je m’en re­mette à Ken­ny... Et pour cause. Une fois ter­mi­nés ses quatre tours de ro­dage, Ju­nior dé­bran­chait l’ac­qui­si­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.