LU­CAS MA­HIAS

IN­TER­VIEW

GP Racing - - Newsgpracing -

Lu­cas, es-tu sur­pris de t’être bat­tu pour la vic­toire après ta grosse chute aux es­sais ? Non, mais c’est vrai que je n’y croyais pas vrai­ment car j’ai pris la pire chute de ma vie. J’ai mis du temps à me re­mettre de­dans. Avant la course, j’avais peur d’y pen­ser, de ga­lé­rer. Mais fi na­le­ment, une fois sur la moto, j’ai fait abs­trac­tion de tout ça. Et puis j’ai pro­fi té de la nuit pour me re­con­cen­trer et ré­fl échir à ma stra­té­gie de course afi n de pré­ser­ver mes pneus. Cette stra­té­gie n’est pas iné­dite, c’est celle de tout le monde mais je fais par­tie des pi­lotes les plus souples, ceux qui usent le moins leurs pneus, et je m’en­traîne beau­coup pour ça. Ça a payé. Je me suis fo­ca­li­sé sur mon fee­ling avec l’avant pour ren­trer vite et ne pas user l’ar­rière.

C’était chaud, cette ar­ri­vée au coude à coude et ce, au sens propre !... Après le warm up, j’ai ana­ly­sé la course et consta­té que je n’étais vrai­ment pas vite dans ce der­nier vi­rage ; j’en ai par­lé à mon chef mé­ca­no. On a trou­vé un truc et j’ai vu pen­dant la course que c’était le bon choix, j’étais ra­pide dans le der­nier vi­rage. Les autres étaient un peu en ca­ta et moi, je n’ai pas vou­lu leur mon­trer que j’étais à l’aise. Mais ( Roberto) Rol­fo m’a dou­blé dans le der­nier tour. On s’est tou­ché, je me suis ex­cu­sé, tout va bien.

Cette deuxième place re­hausse-t-elle tes am­bi­tions pour la suite de la sai­son ? Mes am­bi­tions ont tou­jours été celles- là. C’est juste que ce pre­mier week- end était com­pli­qué après la chute, mais je n’étais pas ve­nu là pour fi nir 15e, même si les consignes étaient de mar­quer beau­coup de points. Je ne pense pas que Rol­fo soit un pré­ten­dant au titre cette sai­son, il fait par­tie d’un team pri­vé et va avoir du mal à être ré­gu­lier. Mon co­équi­pier Ca­ri­ca­su­lo a chu­té, il est jeune et un peu fou­gueux... Je ne de­vais pas tom­ber et ne pas ren­trer bre­douille. Il fal­lait res­ter tran­quille et at­tendre les der­niers tours. Pour ça, l’en­du­rance m’a ai­dé à agir in­tel­li­gem­ment, sau­ve­gar­der mes pneus et res­ter sur un rythme ré­gu­lier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.