KA­WA­SA­KI ZX-10R (2011 - 2015) L’AVION DE CHASSE

GP Racing - - Endurance/ Bol D’or -

In­tou­chable au Bol de 2012 à 2015, la Ka­wa­sa­ki of­fi­cielle bé­né­fi­ciait à l’époque d’une paire d’atouts ma­jeurs. C’est Gilles Sta­fler, le boss du team en­du­rance (et pas que...), qui en parle le mieux. «D’abord,on avait trois top pi­lotes (Gré­go­ry Le­blanc, Ju­lien Da Cos­ta et Oli­vier Four, ndlr) qui rou­laient ré­gu­liè­re­ment en Su­per­bike fran­çais ou en supersport et qui nous ont rap­por­té beau­coup de ré­sul­tats et de titres.Et sur­tout,on rou­lait tout le temps ! Plus que la concur­rence en fait.Les ma­chines de SBK étant as­sez proches de celle d’en­du­rance,on ar­ri­vait à trans­po­ser nos mo­difs ra­pi­de­ment.On la connais­sait par coeur,on sa­vait quoi faire pour la faire pro­gres­ser car on ne res­tait pas 10 jours sans rou­ler ! C’était un tout,pas seule­ment une his­toire de mo­to bien née ou pas.Si tu roules et que tu testes beau­coup,alors tu vas pro­gres­ser plus vite. Au­jourd’hui,c’est un peu dif­fé­rent,le bud­get al­loué ne nous per­met­tant plus de réa­li­ser beau­coup d’es­sais.Entre 2011 et 2015,la ma­chine était très fiable.Au Bol – à Ma­gny-Cours comme au Cas­tel­let –,on ne li­mi­tait pas les tours/min dans la ligne droite.En 2013,la nou­velle ver­sion du map­ping élec­tro­nique qui est ar­ri­vée nous a en­core fait ga­gner un peu de temps sur la concur­rence.Cô­té ré­glage,même si la par­tie-cycle reste une prio­ri­té,l’élec­tro­nique prend de plus en plus d’im­por­tance.À l’époque,c’était par­fait de ce cô­té-là.Et la nou­velle ré­gle­men­ta­tion pneu­ma­tiques n’était pas en­core en vi­gueur (...).Donc,là en­core,on pou­vait rou­ler plus.» Une pe­tite ex­pli­ca­tion s’im­pose. La nou­velle ré­gle­men­ta­tion, mise en place pour di­mi­nuer les coûts, li­mite au­jourd’hui les équi­pages à 45 en­ve­loppes par course de 24 heures. « AuCas­tel­let, re­prend Gilles Sta­fler, on fait entre 24 et 25 tours par re­lais,ce qui nous fait un to­tal de 28 pit stop. L’ar­rière est chan­gé à chaque fois et l’avant fait 2 re­lais.Le cal­cul est simple : pour 24 heures de course,on a be­soin de 42 en­ve­loppes (28 ar­rière et 14 avant, ndlr). 42 sur 45 au to­tal,il ne nous reste plus que 3 pneus pour les qua­lifs ! Comment faire ? En Q1,on passe 1 avant pour les 3 pi­lotes et 3 pneus de course ar­rière.Les pi­lotes ne font qu’un tour cha­cun avec ce pneu ar­rière pour pou­voir le réuti­li­ser en fin de course.Et en Q2,on reste au stand ! Cette ré­gle­men­ta­tion va à l’en­contre du show de­man­dé par le pro­mo­teur du cham­pion­nat du monde (Eu­ro­sport Events, ndlr). Au Bol,en qua­lifs,les pi­lotes rou­le­ront 10’cha­cun au lieu de 20.On a un cir­cuit plus ra­pide,avec plus de conso,plus de pit stop mais pas plus de pneus...» Pour ne rien ar­ran­ger, Pi­rel­li, le ma­nu­fac­tu­rier de Ka­wa­sa­ki, s’est re­cen­tré sur le SBK mon­dial et ne semble plus vou­loir faire de dé­ve­lop­pe­ment à ou­trance pour l’en­du­rance... Est-ce pour ce­la que la Ka­wa gagne moins ? La ques­tion mé­rite d’être po­sée, sur­tout lors­qu’on connaît l’im­por­tance des pneu­ma­tiques dans cette dis­ci­pline. Fabien Fo­ret, qui par­ta­geait le gui­don de la ZX-10 of­fi­cielle l’an­née der­nière avec Mat­thieu La­grive et Gré­go­ry Le­blanc, semble as­sez d’ac­cord avec l’ana­lyse de son team ma­na­ger. «De 2012 à 2015,la Ka­wa­sa­ki a tout ga­gné,même dans des condi­tions très dif­fi­ciles.La mo­to était vrai­ment top.Beau­coup de puis­sance,très fiable,le mo­teur était un vrai plus,no­tam­ment quand il fal­lait dé­pas­ser les re­tar­da­taires.Au Bol,en 2015,on était à 342 km/h au bout de la ligne droite du Mis­tral.Après,tu rentres 3 rap­ports et tu passes Signes à 200 en 3e.C’était presque fa­cile car la par­tie-cycle était top elle aus­si.En fait,la mo­to n’avait au­cun se­cret pour nous.Au­jourd’hui,on souffre un peu plus car Pi­rel­li a dé­ci­dé de mettre le pa­quet en Su­per­bike et quoi qu’on en dise,la clé en en­du­rance,ce sont les pneu­ma­tiques.L’an­née der­nière,j’ai rou­lé en 57’03’’pen­dant les qua­lifs et en 58’9’’ en course.Je pré­fé­re­rais ne pas avoir de bons pneus qua­lif et pou­voir bé­né­fi­cier d’une car­casse plus per­for­mante en course.» Quoi qu’il ar­rive, on peut être sûr que le team Ka­wa­sa­ki se bat­tra pour la gagne au Cas­tel­let les 16 et 17 sep­tembre pro­chains.

« ON CONNAIS­SAIT LA MO­TO PAR COEUR, ON ROU­LAIT AVEC TOUS LES 10 JOURS »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.