Hon­da CB 500 R 1972 : un la­bo­ra­toire rou­lant

GP Racing - - Rétro/ Expo 500 Gp -

Si cet exem­plaire ra­ris­sime a été ré­alé­sé à 651 cm3 pour dis­pu­ter le cham­pion­nat ja­po­nais, la base est bien celle de la 500 Hon­da Four. Vé­ri­table la­bo­ra­toire rou­lant, pi­lo­tée par l’in­gé­nieur Ken­go Kiya­ma, elle dé­ve­lop­pait 80 che­vaux. Guy Cou­lon : « Il s’agit d’une mo­to par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sante. Elle cor­res­pond à une époque de tran­si­tion où Hon­da n’était plus im­pli­qué en Grands Prix et n’avait pas en­core fait son en­trée en en­du­rance. Sous l’éti­quette du RSC, il y avait une cel­lule de veille ani­mée par deux in­gé­nieurs- pi­lotes. Sans grands moyens fi nan­ciers et tech­niques, ils ont dé­fri­ché et ex­pé­ri­men­té de nom­breuses so­lu­tions tech­niques, tant sur le plan mo­teur que sur les cadres. Entre 1971 et 1975, le quatre- cy­lindres de la 500 Four a évo­lué de simple arbre, chaîne de dis­tri­bu­tion, deux sou­papes, em­brayage à bain d’huile à des cu­lasses à trois sou­papes, des car­ters ma­gné­sium, une dis­tri­bu­tion par cas­cade de pi­gnon et un al­lu­mage élec­tro­nique en bout d’arbre... Le che­mi­ne­ment des tubes de cadre, le po­si­tion­ne­ment de la selle, l’in­cli­nai­son des amor­tis­seurs sont des so­lu­tions tech­niques, qui comme celles du mo­teur, met­tront par­fois dix ans avant d’être uti­li­sées par le HRC. »

Com­pacte et ra­cée, avec un ta­bleau de bord mi­ni­ma­liste, la CB 500 R a connu de nom­breuses évo­lu­tions et so­lu­tions tech­niques que l’on re­trou­ve­ra pas la suite sur les Hon­da d’en­du­rance. À com­men­cer par le cadre tu­bu­laire épou­sant au plus près le quatre-cy­lindres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.