Fran­çois Ri­bei­ro : beau­coup de bonnes choses

GP Racing - - Rétrospective -

Je veux res­ter en­thou­siaste et ne sur­tout rien abî­mer. Mon re­trait de l’en­du­rance est lié au ca­len­drier et aux concur­rences de dates qui em­pêchent de par­ti­ci­per au cham­pion­nat du monde de Su­per­sport. On s’est re­trou­vé avec des épreuves de SS col­lées sur les week-ends du Bol d’Or et des 24 Heures du Mans... Sur un autre plan, l’ar­ri­vée d’Eu­ro­sport Events à la tête de l’en­du­rance m’a sa­tis­fait sur un plan dé­on­to­lo­gique : la FIM garde la main spor­ti­ve­ment et le pro­mo­teur s’oc­cupe de pro­mou­voir la dis­ci­pline. Reste un point sur le­quel je suis fon­ciè­re­ment en désac­cord : c’est le peu de cas fait aux teams qui struc­turent l’en­du­rance. Ce n’est pas ac­cep­table que l’en­semble des teams per­ma­nents ne puissent pas al­ler à Su­zu­ka...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.