JAKE GYL­LEN­HAAL AC­TEUR FAN­TAS­TIQUE

Au­rait-on re­trou­vé l’in­ter­prète de Don­nie Dar­ko ? Un an après le réus­si Pri­so­ners, Jake Gyl­len­haal re­noue avec la veine étrange qui l’a fait connaître grâce à un double rôle dans Ene­my. Bi­zarre, vous avez dit bi­zarre…

GQ (France) - - Coulisses - Par Ca­ro­line Veu­nac

Un prof de fac part en vrille lors­qu’il tombe sur son so­sie par­fait, un ac­teur nar­cis­sique qui as­sume mal la gros­sesse de sa co­pine… Dans une To­ron­to sin­gu­lière, fil­mée comme une maque!e, Jake Gyl­len­haal, mas­sif et bar­bu, s’aban­donne au geste d’un ma­rionne!iste in­vi­sible. Ene­my est un thril­ler in­clas­sable, qui ouvre un es­pace men­tal en­va­hi par la ter­reur de l’al­té­ri­té fé­mi­nine et une sourde a!irance pour le même. Si­tué quelque part entre Faux­Sem­blants (1988) et Spi­der (2002), le film de De­nis Ville­neuve est à rap­pro­cher ici de l’oeuvre de son com­pa­triote ca­na­dien Da­vid Cro­nen­berg. En fi­lant le par­fait amour pro­fes­sion­nel avec le réa­li­sa­teur de Pri­so­ners (2013), Jake Gyl­len­haal peut es­pé­rer re­do­rer sa cré­di­bi­li­té. Le double rôle d’ene­my est providentiel dans sa quête de ré­demp­tion après Prince of Per­sia (2010), sa ten­ta­tive ra­tée de block­bus­ter sous sté­roïdes. Car, douze ans après Don­nie Dar­ko (2002) de Ri­chard Kel­ly, cet ov­ni ra­vive ce qu’on aime le plus chez Gyl­len­haal : ce!e ca­pa­ci­té à in­car­ner des per­son­nages si nor­maux qu’ils en de­viennent in­quié­tants. Nous em­bar­quant jus­qu’aux portes de la fo­lie. Sans crier gare.

Har­ley Da­vid­son étouffe le bruit in­imi­table de son mo­teur (le fa­meux « po­ta­toe-po­ta­toe »). La marque a dé­voi­lé sa toute pre­mière mo­to en­tiè­re­ment élec­trique : la Livewire. Il ne s’agit pour l’ins­tant que d’un pro­to­type de dé­mons­tra­tion des­ti­né à son­der la clien­tèle aux États-unis et en Eu­rope, mais l’en­gin aguiche dé­jà avec sa ligne mus­clée et ses per­for­mances fla!euses. De fait, son mo­teur élec­trique de 74 ch pousse la ma­chine de 0 à 100 en 4 se­condes ! Une ré­vo­lu­tion pour ces mo­tos plus ha­bi­tuées au crui­sing sur voies ra­pides qu’à brû­ler la gomme au feu rouge. Pour mar­quer les es­prits, Scarle! Jo­hans­son, alias la Veuve Noire, en­four­che­ra ce!e ma­chine dans Aven­gers 2. À super-hé­roïne, super-ma­chine.

ENE­MY, de De­nis Ville­neuve, avec aus­si Mé­la­nie Laurent, sor­tie le 27 août

Jake Gyl­len­haal et son double, une trouble a!irance pour le même.

La selle de la Livewire est or­née de dé­li­cates sur­pi­qûres, pour ac­cueillir Scar­lett Jo­hans­son dans Aven­gers 2. Une fois n’est pas cou­tume, cette Har­ley dis­pose d’un cadre en alu très mo­derne. FICHE TECH­NIQUE Puis­sance 74 ch Vi­tesse max 148 km/h Au­to­nom

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.