RAIMANA VAN BASTOLAER Âge in­con­nu

LE LO­CAL DU BOUT DU MONDE

GQ (France) - - Coulisses -

Raimana ha­bite le bout du monde, un pa­ra­dis qu’on ap­pelle Tea­hu­poo. Pour s’y rendre, il faut suivre la seule route qui longe le la­gon ta­hi­tien et tra­cer au sud de la pé­nin­sule, jus­qu’à la fin de la route. Une planche vous y a!end. L’homme n’a rien à voir avec le cli­ché du sur­feur blanc, blond, aux ab­dos sculp­tés. Il est petit, rond et mat de peau. On l’a vu à l’oeuvre le 1er juin 2013, quand une dé­pres­sion quelque part dans le Pa­ci­fique a en­voyé des vagues de 10 mètres s’écra­ser sur le reef de Tea­hu­poo. Ce jour-là, il a pris la « bombe », un tube pro­fond qui a fait mine de l’en­glou­tir tel un sou­ri­ceau. Au­tour, il y avait des ba­teaux, des pros, des pho­to­graphes… Ils ont re­te­nu leur souffle de longues se­condes, puis Raimana est sor­ti, de­bout et sou­riant, re­cra­ché dans un gey­ser d’écume.

Van Bastolaer a été éle­vé au creux des vagues ta­hi­tiennes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.