« LES FIXIES SONT-ILS À BAN­NIR ? »

Du bou­ton­nage des po­los aux ten­dances vé­lo, vos cour­riers nous poussent à me­su­rer l‘écart qui sépare le monde de vos rêves de la réa­li­té.

GQ (France) - - Lettres -

Cher GQ, Les vé­los à pi­gnon fixe (fixies) sont-ils tou­jours ten­dance ou sont-ils à ban­nir ? Sa­lu­ta­tions Louison

Cher Louison, Quelle im­por­tance que le fixie soit ou non notre da­da s’il est pour vous un che­val de ba­taille ? Ef­fec­ti­ve­ment, la pre­mière vague est de­puis long­temps ter­mi­née (la roue tourne, sur pi­gnon fixe !) et ce pro­duit est en rup­ture de stock jusque dans les grandes en­seignes du sport ; ca­brez-vous donc de plai­sir si vous en avez la pas­sion ou l’usage. Et s’il vous en faut un pour vous dé­mar­quer de la plèbe, ce qui dans le fond ne nous dé­range ab­so­lu­ment pas, soyez gen­til de ne pas adop­ter en bloc tous les signes ex­té­rieurs du hips­ter. Votre bien dé­voué, G

Bonjour, bonjour, Je sors d’une pé­riode mo­no-sour­cil et j’ai­me­rais avoir le point de vue de GQ. Avez-vous un sché­ma des sour­cils mas­cu­lins idéaux ? Je suis pre­neur, mer­ci. Ami­ca­le­ment, Guillaume

Cher Guillaume, La na­ture ren­contre tou­jours sur sa tra­jec­toire la main de l’homme pour la contra­rier. Ar­rê­tez de tor­tiller, pre­nez votre cou­rage à deux mains et une pince à épi­ler de l’autre puis ar­ra­chez deux poils sur trois entre les deux yeux, une zone dé­fi­nie par le La­rousse comme étant « la ligne mé­diane du nez et de la su­ture unis­sant les deux os propres du nez à l’os fron­tal », que l’on ap­pelle plus sim­ple­ment – ac­cro­chez-vous bien, ce n’est pas une blague – le na­sion. Votre bien dé­voué, G

Cher GQ, Fervent lec­teur de votre ma­ga­zine, je suis à chaque fois rem­pli d’ex­ci­ta­tion. Vos con­seils mode plus par­ti­cu­liè­re­ment me pas­sionnent et m’ins­pirent. Tou­te­fois, je n’ai pu m’em­pê­cher de re­mar­quer une lé­gère ano­ma­lie dans la Mas­ter­class du GQ d’août 2014, page 146 : le po­lo est bou­ton­né avec un seul bou­ton ! Vous avez sou­li­gné dans plu­sieurs nu­mé­ros ain­si que dans Le Ma­nuel du style que pour por­ter un po­lo, « on le laisse ou­vert ou on le ferme com­plè­te­ment, ja­mais à moi­tié ». Sa­chez tout de même que ce pe­tit mal­en­ten­du ne joue­ra pas sur ma lec­ture de GQ dont la qua­li­té (je trouve) ne cesse de croître ! Longue vie à vous Pierre

Cher Pierre, Oui, c’est vrai, nous cé­dons par­fois à la ten­ta­tion de n’en bou­ton­ner qu’un seul. Les règles ne tracent pas que des lignes droites et peuvent même res­ter dans les car­tables. Et nos sty­listes ne filent pas tou­jours droit non plus, mal­gré l’in­tense pres­sion psy­cho­lo­gique à la­quelle nous les soume!ons. Votre bien dé­voué, G

Du fixie, ne fai­sons pas une fixe!e, de grâce.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.