LE BAT­TANT BE­NOÎT CHA­BERT 50 ANS

GQ (France) - - Courrier -

Ac­tua­li­té Il dé­fend la so­cié­té Qos­mos, soup­çon­née d’avoir ven­du au ré­gime sy­rien du ma­té­riel d’in­ter­cep­tion d’in­for­ma­tions.

Faits d’armes Il s’est illus­tré dans le dos­sier de l’hor­mone de crois­sance en ob­te­nant la re­laxe d’hen­ri Cer­ceau, le pa­tron de la phar­ma­cie cen­trale de L’AP-HP. Il dé­fend l’état au pro­cès Co­lon­na et dans ce­lui du nau­frage de l’eri­ka, L’AP-HP, mise en cause dans le dé­cès d’un en­fant, l’un des no­taires dans l’af­faire Be"en­court, un haut­fonc­tion­naire dans l’un des dos­siers de l’amiante, Jean de Gaulle, dans l’af­faire des emplois fic­tifs de la Ville de Pa­ris, l’an­cien gou­ver­neur de la banque de France, Jacques de la­ro­sière, aux cô­tés de Paul-albert Iweins dans l’af­faire du Cré­dit Lyon­nais.

Signes par­ti­cu­liers De­ve­nir avo­cat a tou­jours été sa vo­ca­tion. Pre­mier se­cré­taire de la Confé­rence en 1989, il re­con­naît qu’il n’est « pas sou­vent du bon cô­té sur le plan mé­dia­tique », mais y a-t-il un bon cô­té pour un avo­cat ?

La citation « Ma con­cep­tion du mé­tier, c’est dé­fendre un homme et pas une cause. C’est une règle per­son­nelle. » À GQ, été 2014

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.