CES CONFÉ­RENCES CEN­SÉES NOUS RENDRE MEILLEURS

GQ (France) - - Courrier -

TED

POUR ÊTRE PLUS IN­TEL­LI­GENT

FAIL­CON

POUR SE SEN­TIR MOINS NUL

SCHOOL OF LIFE POUR ÊTRE MIEUX DANS SA PEAU

Com­ment re­con­naître un men­teur, per­cer le mys­tère des lea­ders, com­prendre l’ori­gine du monde, etc. Fa­cile à consom­mer et à in­té­grer grâce à leur construc­tion proche du one-man­show et leurs re­trans­mis­sions sur grands écrans dé­cou­pés à coups de gros plans ul­tra-émo­tion­nels, les confé­rences Ted res­tent de bonnes oc­ca­sions de dé­cou­vrir des idées et autres his­toires éton­nantes pour nour­rir vos dî­ners en so­cié­té. Pour ceux qui sou­hai­te­raient y as­sis­ter en live, le cin­quième Tedx­pa­ris, pré­vu le 4 oc­tobre au Théâtre du Châ­te­let, pro­met des places à par­tir de 20 €. Un mi­ni­mum pour avoir l’op­por­tu­ni­té de sa­luer Na­jat Val­laud-bel­ka­cem.

FRENCH TOUCH CON­FE­RENCE

POUR VIVRE LE RÊVE AMÉ­RI­CAIN

Née dans la Si­li­con Val­ley en 2009, cette confé­rence a pour am­bi­tion de réunir la crème des in­ves­tis­seurs, dé­ve­lop­peurs et en­tre­pre­neurs ayant la­men­ta­ble­ment ra­té leur pro­jet afin d’ap­prendre de leurs er­reurs. Une ini­tia­tive qui a plu à Fleur Pellerin, alors se­cré­taire d’état au Com­merce ex­té­rieur, qui, lors de la confé­rence Leweb de 2013, a émis le voeu qu’une telle confé­rence s’im­porte en France, pays où « la culture de l’échec est en­core ta­boue ». Avant de dé­cou­vrir que le Fail­con exis­tait en France grâce à Te­chc­runch et Mi­cro­soft de­puis 2011. Ré­sul­tat : la der­nière édi­tion, le 17 avril, s’est dé­rou­lée à Ber­cy, un lieu où on s’y connaît en termes d’échecs… Com­ment être plus créa­tif, avoir de meilleures conver­sa­tions, être un meilleur ami, trou­ver le job de ses rêves, ap­prendre à être seul, voire chan­ger le monde… Tels sont les en­sei­gne­ments que dis­pense cette école de la vie sur­fant sur le cré­neau du dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel cultu­ro­phi­lo­so­phique. Comp­tez 35 € pour un cours de deux heures et de­mie, mi­ni-quiches au le­vain or­ga­nique of­fertes en guise d’apé­ri­tif, et 15 € pour un Sunday Talk, sorte de grand-messe laïque, où l’on a pu voir en An­gle­terre des ar­tistes tels que la ci­néaste Mi­ran­da Ju­ly ou le créa­teur Hus­sein Chalayan. Sur le mode in­verse de la confé­rence Leweb (qui fait ve­nir les in­ves­tis­seurs étran­gers à Pa­ris), la French Touch Con­fe­rence, dont la pre­mière édi­tion a eu lieu les 26 et 27 juin à New York, dé­lo­ca­lise les en­tre­pre­neurs fran­çais du Net pour leur per­mettre de dra­guer leurs fu­turs bu­si­ness an­gels d’outre-at­lan­tique. « À 600 € l’en­trée, on a joué sur un ar­gu­men­taire à la “Ame­ri­ca’s Got Ta­lent” en leur di­sant : “Ve­nez voir des gens qui pro­posent des bu­si­ness in­croyables” », ex­plique son créa­teur, Gaël Du­val, qui rêve de concur­ren­cer TED. « Mais avant d’en­va­hir le monde, on va d’abord re­ve­nir à New York l’an­née pro­chaine. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.