L’OGRE DES PRÉ­TOIRES ÉRIC DU­POND-MO­RET­TI 53 ans

GQ (France) - - Courrier -

Ac­tua­li­té Il est l’avo­cat de Jean-sébastien Fiorucci, an­cien di­rec­teur de ca­bi­net d’un Pré­sident du con­seil mo­né­gasque, dans une af­faire de son­dages contro­ver­sée, d’hen­ri Guaino dont les pro­pos sur le juge char­gé d’ins­truire l’af­faire Be!en­court ont conduit à une plainte de l’union syn­di­cale de la ma­gis­tra­ture. Le Lillois a fait in­ter­dire le pro­gramme d’arte In­time Convic­tion, une web­sé­rie par­ti­ci­pa­tive où était re­joué le pro­cès de son client, le doc­teur Jean-louis Muller, ac­qui!é spec­ta­cu­lai­re­ment en oc­tobre 2013 à Nan­cy. Au prin­temps 2015, il se­ra aux cô­tés d’autres confrères, pour as­su­rer la dé­fense de Da­niel Le­grand, l’un des ac­qui!és d’ou­treau ren­voyé aux as­sises de Rennes pour des faits re­mon­tant à près de dix ans.

Faits d’armes La star des pé­na­listes, comme le sur­nomme Le Monde, to­ta­lise plus de 120 ac­qui!ements, dont ce­lui de Ro­se­lyne Go­dard dans l’af­faire d’ou­treau ou ce­lui de Jacques Vi­guier, le pro­fes­seur de droit, soup­çon­né d’avoir fait dis­pa­raître son épouse. L’un des der­niers en date est ce­lui de Sa­cha Rhoul, ac­cu­sé en 1995 du meurtre du joueur d’échecs Gilles An­druet. Signes par­ti­cu­liers Il parle fort et bien et n’hé­site pas à bous­cu­ler l’ins­ti­tu­tion ju­di­ciaire. Il a fait connaître sa co­lère à la suite des ré­vé­la­tions d’écoutes entre Ni­co­las Sar­ko­zy et son avo­cat, Thier­ry Herzog. Si­gna­taire de la « pé­ti­tion Herzog », lan­cée par l’as­so­cia­tion des avo­cats pé­na­listes (Adap), il a ré­ité­ré ses pro­pos cet été.

« Je ne veux pas ap­pa­raître

dans votre clas­se­ment. »

À GQ, été 2014

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.