AFFINEZ VOTRE SÉANCE D’EN­TRAέNE­MENT

GQ (France) - - Courrier -

Les gammes (30 mi­nutes) Mon­tée des marches, pas­sage entre les cordes, comme « les vrais ». Cette fois, c’est sûr, on y est. Mais pas GQ est mon­té sur le ring avec Yan­nick Mer­ret, coach au Temple Noble Art, dans le Ier ar­ron­dis­se­ment, à Pa­ris. Qua­rante-cinq mi­nutes in­ten­sives. Face au mi­roir, on com­mence par « pla­cer » son corps. Bras haut (l’un de­vant soi, l’autre contre la pom­mette), on ef­fec­tue quelques pe­tits dé­pla­ce­ments pour em­bal­ler le car­dio puis du sha­dow boxing (on boxe dans le vide). « C’est le mo­ment où l’on entre dans la peau du per­son­nage, ex­plique le coach. Pas fa­cile au dé­but, parce que ce n’est pas une at­ti­tude na­tu­relle. » On se sent un peu ri­di­cule, comme quand on monte sur les planches au club théâtre. Sen­sa­tion am­pli­fiée au mo­ment de mon­ter sur le ring. le temps d’ap­pré­cier le dé­cor. Le coach a dé­jà en­fi­lé les paos, qu’il faut vi­ser sui­vant les gammes de coups et les en­chaî­ne­ments an­non­cés. « On a ten­dance à ta­per fort au dé­but alors qu’il vaut mieux s’ap­pli­quer à bien exé­cu­ter le geste. Une bonne tech­nique, c’est moins d’éner­gie dé­pen­sée. La boxe, c’est aus­si un su­per exer­cice de co­or­di­na­tion et de con­cen­tra­tion. »

La troi­sième et der­nière par­tie de la séance est la plus in­ten­sive. Pen­dant quatre mi­nutes, on cogne dans un sac de frappe en al­ter­nant 20 se­condes à haute in­ten­si­té et 10 se­condes de ré­cu­pé­ra­tion, d’après le pro­to­cole du cher­cheur ja­po­nais Ta­ba­ta. En­suite, as­sou­plis­se­ments, éti­re­ments, sau­na, douche et re­pos.

L’échauf­fe­ment (10 mi­nutes)

Le dé­fou­loir (4 mi­nutes)

Le ro­ckeur John­ny Hal­ly­day prêt à en découdre en 1966.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.