ZÉ­RO DE CONDUITE POUR LA STYLE AC’ !

GQ (France) - - Courrier -

Cher lec­teurs, vous avez été nom­breux à ré­agir à un ar­ticle de la Style Aca­dé­mie du GQ de sep­tembre : « Est-il conve­nable de po­ser les pieds sur la boîte à gants d’une voi­ture? » La ré­ponse est donc non, et voi­ci pour­quoi.

Cher GQ, Je me per­mets de ré­agir à votre conseil dans le GQ de sep­tembre : « Est-il conve­nable de po­ser les pieds sur la boîte à gants d’une voi­ture ? » Comme vous le dites, les jambes sont lourdes, et mal­heu­reu­se­ment au pre­mier choc « im­por­tant », votre air­bag, em­bus­qué der­rière la boîte à gants, vous pro­jet­te­ra les jambes de ma­nière ex­plo­sive et vio­lente en pleine face. Je ne vous ex­plique pas les dé­gâts, mais aux ur­gences mé­di­cales on connaît bien ça… Ch­ris­tophe (par mail)

Cher GQ, La ré­ponse à la ques­tion cru­ciale con­cer­nant les pieds sur la planche de bord n’est pas, à mon avis, avec ou sans chaus­settes mais plu­tôt avec ou sans dents… Gare en cas de choc et de dé­clen­che­ment des air­bags au re­tour de genoux dans les gen­cives. Mieux vaut une pause toutes les deux heures, ne trou­vez-vous pas ? Phi­lippe (en­voyé de mon ipad)

Bon­jour, En­sei­gnant en sé­cu­ri­té rou­tière et abon­né à GQ, je suis éton­né que vous conseilliez (page 179) de « s’ar­ro­ger le droit » de po­ser les pieds sur un ta­bleau de bord de voi­ture. En ef­fet, en cas d’ac­ci­dent, cette pos­ture crée­ra des dom­mages cor­po­rels bien plus im­por­tants qu’une pos­ture as­sise (en­core plus si l’air­bag pas­sa­ger est ac­ti­vé). Je vous pré­cise qu’une bonne ins­tal­la­tion dans son siège (cein­ture ten­due, dos­sier bien ré­glé, etc.) per­met de ne pas ag­gra­ver les bles­sures. J’es­père que vous com­pren­drez pour­quoi il se­rait juste d’ap­por­ter cette pré­ci­sion. En vous fé­li­ci­tant néan­moins pour votre ma­ga­zine. Marc (Nan­cy)

Bon­jour GQ, Ex­cel­lente idée de mettre Ja­son Sta­tham en couverture du GQ de sep­tembre. Mais ce­lui-ci ne connaî­trait-il donc que les cos­tumes ? Sur les six pho­tos pu­bliées, il ap­pa­raît cinq fois en cos­tume. Je vou­drais éga­le­ment pré­ci­ser que le vê­te­ment Ralph Lau­ren qui ha­bille Sta­tham sur cette pho­to n’est pas un po­lo mais un blou­son. Fa­brice (par mail)

Cher Fa­brice, « Po­lo » est l’une des marques du groupe Ralph Lau­ren. Notre cré­dit n’in­di­quait donc pas que le blou­son de Ja­son Sta­tham était un « po­lo », mais un blou­son de la marque « Po­lo » de Ralph Lau­ren. Nuance. Plus gé­né­ra­le­ment, il nous sem­blait in­té­res­sant de mon­trer que les « ac­tion men » ne sont pas tou­jours abon­nés aux blou­sons et autres mar­cels.

Cher lec­teurs, N’en je­tez plus. Nous nous sommes éga­rés. En­vi­sa­geant la ques­tion d’un pur point de vue sty­lis­tique, nous pen­sions pou­voir vous au­to­ri­ser ce petit re­lâ­che­ment. Du point de vue de la sé­cu­ri­té rou­tière et de la san­té (qui passent avant tout) une telle at­ti­tude est donc stric­te­ment in­ter­dite. Et nous l’écri­vons ici so­len­nel­le­ment : il ne faut pas po­ser les pieds sur la boîte à gants d’une voi­ture ! Non, il ne faut pas – qu’on se trouve blo­qué dans les em­bou­teillages (pas classe pour les voi­sins) ou lan­cé sur une quatre-voies (pas classe pour la vie).

Cher GQ, Je t’aime bien mais pour­rais-tu s’il te plaît ar­rê­ter d’écrire « LES Daft Punk ». Le groupe s’ap­pelle Daft Punk, tout court. S’il s’était bap­ti­sé « The Daft Punks », je n’au­rais rien dit, mais là, désolé, c’est juste pas pos­sible. Ami­ca­le­ment, Vincent (sur Fa­ce­book)

Cher Vincent, Dans l’ab­so­lu tu… en­fin, vous avez rai­son, le groupe s’ap­pelle Daft Punk et quand nous écri­vons les Daft Punk, nous vou­lons dire : « Tho­mas Ban­gal­ter et Guy-manuel de Ho­mem-cris­to, les deux membres du groupe Daft Punk. » Mais comme c’est un peu long nous pré­fé­rons uti­li­ser ce rac­cour­ci.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.