par quelle as­tuce vendre (cher) sa sa­lade sur Kicks­tar­ter ?

«L’ar­gent pour moi, c’est de La merde. Ça fa­vo­rise des choses, mais je n’en ai ja­mais rê­vé, comme ma mère rê­vait d’un fri­gi­daire. »

GQ (France) - - Dossier -

Les pla­te­formes de fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif comme Kicks­tar­ter per­mettent aux pro­jets les plus fous, tel le casque de réa­li­té vir­tuelle Ocu­lus Rift, d’être financés. Mais, par­fois, c’est la sim­pli­ci­té qui per­met de tou­cher le plus ef­fi­ca­ce­ment les gé­né­reux mé­cènes et de se voir sou­dain crou­ler sous la « love mo­ney » : Zack « Dan­ger » Brown a ain­si ré­col­té plus de 30000 € en lan­çant un ap­pel aux dons pour réa­li­ser une simple sa­lade de pommes de terre. « J’ai be­soin de 10 dol­lars pour faire ce plat », a-t-il ex­pli­qué, en ad­joi­gnant à son pro­pos une im­monde pho­to de pa­tates écra­sées. Ré­sul­tat, plus de 3 300 do­na­teurs ont été émus par cette en­tre­prise d’une ba­na­li­té à pleu­rer, cou­ra­geu­se­ment me­née par le nou­veau roi de la pomme de terre.

gé­rard de­par­dieu, ac­teur non­cha­lant

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.