« Pour le pu­blic, il faut de l’image et du son »

GQ (France) - - Sport - Tan­guy de La­motte le geek de la mer • 33 ans • Par­cours : ar­chi­tecte na­val, il gagne la So­li­daire du Cho­co­lat en 2009 sur un Class40 avant de par­ti­ci­per au Ven­dée Globe 2012. En 2013, il em­barque l’ac­teur Fran­çois Da­miens sur la tran­sat Jacques Vabre a

Vi­déos live, ar­se­nal high-tech re­lié à des sites dé­diés, la course en so­li­taire est en­trée dans l’ère de la té­lé­réa­li­té. « Les cou­reurs ont tou­jours été pros, mais pen­dant long­temps, ils ne se sou­ciaient pas de leur image à terre. Avec la pro­fes­sion­na­li­sa­tion de la voile, ce n’est plus le cas », ex­plique à

GQ Thier­ry Bou­vard, res­pon­sable du spon­so­ring pour la Banque Po­pu­laire. Entre les be­soins de fi­nan­ce­ment des na­vi­ga­teurs et la ré­vo­lu­tion des com­mu­ni­ca­tions, on com­prend que l’image du ma­rin té­né­breux ne suf­fise plus. « Si l’homme veut al­ler tou­jours plus vite et ac­com­plir de nou­veaux ex­ploits, il su­bit mal­gré tout la baisse d’at­ten­tion du grand pu­blic », en­ché­rit l’aven­tu­rier Mike Horn. L’une des op­tions consiste à faire par­ta­ger son aven­ture en temps réel ou presque. Tan­guy de La­motte, skip­per sur le mo­no­coque Ini­tia­tives

Coeur, pro­po­se­ra donc un nou­veau sys­tème lu­dique et tech­no­lo­gique lors de ses pro­chaines courses au large : « À la base, je suis ar­chi­tecte na­val, pas jour­na­liste re­por­ter d’images. Mais pour dif­fu­ser l’ex­pé­rience au grand pu­blic, il faut de l’image et du son. Donc j’ai ap­pris à ca­drer, à réa­li­ser et à mon­ter des vi­déos pour un conte­nu de qua­li­té. » Cinq Go­pro He­ro3+ se­ront fixées sur son nou­vel IMO­CA 60 en­core en chan­tier. Trois à l’ex­té­rieur, deux à l’in­té­rieur. Une sixième ca­mé­ra, une So­ny HDER W 55, le sui­vra comme son ombre pour cap­ter les mo­ments inédits. Son Macbook Pro cen­tra­lise et en­re­gistre le flux de ces ca­mé­ras avant que Tan­guy s’at­telle au mon­tage. « Au der­nier Ven­dée Globe, je pen­sais qu’un équi­pier à terre fe­rait les mon­tages. Fi­na­le­ment, j’ai dû m’en char­ger. L’or­ga­ni­sa­tion nous im­po­sait d’en­voyer une mi­nute de vi­déo et cinq pho­tos par se­maine. Alors pour ne pas être re­don­dant, j’ai in­no­vé. » Comme dans le film The Truman

Show (1998), les Ter­riens pour­ront donc suivre l’aven­ture ma­ri­time du cou­reur. Et pour les plus ma­niaques, un site In­ter­net dé­dié don­ne­ra des in­di­ca­tions sur l’al­lure du ba­teau, les condi­tions mé­téo et met­tra à dis­po­si­tion les conte­nus mul­ti­mé­dia du skip­per. Qu’en pense le pre­mier ma­rin à avoir en­voyé une pho­to du grand large à bord de son tri­ma­ran

Fu­ji­film en 2002, Loïck Pey­ron ? « On doit vivre avec notre temps. L’homme in­vente et dis­pose des ou­tils de com­mu­ni­ca­tion. À lui de choi­sir en­suite. »

À bord, les or­di­na­teurs ont rem­pla­cé les sex­tants et les cartes ma­rines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.