L’ali­men­ta­tion

GQ (France) - - Sport -

À bord, la nour­ri­ture doit ré­pondre aux be­soins éner­gé­tiques. et ap­por­ter un peu de plai­sir.

« Loin d’être gas­tro­no­miques, nos trois re­pas et deux col­la­tions quo­ti­diennes sont ra­tion­nés à 3 500 ca­lo­ries avec 2 litres d’eau par jour puis 3 à l’ap­proche des An­tilles», as­sure Ga­bart. Les ali­ments se trouvent prin­ci­pa­le­ment sous forme lyo­phi­li­sée, il suf­fit d’y ajou­ter de l’eau. « 100 grammes de cho­co­lat noir à 70 % ça re­pré­sente 580 ca­lo­ries. C’est utile à bord ! », s’amuse le Cha­ren­tais pour jus­ti­fier l’un des seuls plai­sirs gus­ta­tifs qu’il s’au­to­rise. Sur une Route du Rhum, le poids al­loué à l’ali­men­ta­tion n’ex­cède pas 30,8 kg en ra­tion de

2,2 kg par jour. Mais tous les ma­rins ne par­tagent pas la même phi­lo­so­phie. Le Quim­pé­rois Jean Le Cam, deuxième de la Route du Rhum en 2006, a adop­té une autre stra­té­gie sur les trois Ven­dée Globe au­quel il a par­ti­ci­pé. Sa femme Anne, res­tau­ra­trice, pré­pare des plats gour­mets en conserves souples qu’elle pré­fè­rer aux plats déshy­dra­tés. Rou­gail sau­cisse pour les mers du Sud, sa­lade et vin rouge pour fran­chir l’équa­teur et re­pas sur­prise pour un Noël en mer. « Faut pas croire qu’on est tou­jours you­pi-rin­tin­tin », lance le roi Jean. « Par­fois on pleure, et dans ces mo­ments-là, il vaut mieux se faire plai­sir. Alors, je cuis tout à la poêle, parce que l’odeur qui se dé­gage, ça donne en­vie. Et on consomme moins de gaz qu’à faire bouillir de la flotte », conclut Le Cam avec une lo­gique dé­con­cer­tante.

Ga­bart ré­hy­drate des ali­ments lyo­phi­li­sés. Jean Le Cam, lui, pré­fère les conserves.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.