Les 5 règles D’OR De la flam­me­kueche

GQ (France) - - Plaisirs -

Grand clas­sique de la bras­se­rie stras­bour­geoise, la tarte flam­bée a bien plus de classe qu’une vul­gaire

quiche. sur­tout lors­qu’elle est ac­com­pa­gnée d’une bonne bière. voi­ci com­ment la maî­tri­ser. Par ma­rie aline

1. aux (très) Pe­tits OI­GNONS Contre toute at­tente, les oi­gnons aux cornes

noir­cies qui ponc­tuent la flam­me­kueche n’ont pas fon­du au préa­lable dans une poêle. Ils sont cou­pés très fi­ne­ment puis je­tés à même la crème fraîche sur la pâte avec le lard fu­mé. Ils cuisent ra­pi­de­ment grâce à la cha­leur in­tense du four (280 °C si pos­sible).

2. sa­voir Gar­der la me­sure

La pâte à pain qui sert de socle à cette tarte flam­bée ne doit pas ex­cé­der les 3 mm pour pou­voir cuire en trois mi­nutes

(dans un four à bois).

3. flam­ber Pas de contre­sens : flam­ber ne veut ni dire fri­mer, ni dire que la tarte est ar­ro­sée d’al­cool avant qu’on y mette le feu. On flambe la flam­me­kueche avec les flammes du four à bois qui at­teint gé­né­ra­le­ment plus de 300 °C. Si le bois (ou le four de pierre) vient à man­quer, on se ra­bat sur un four à gaz ou élec­trique très chaud.

4. Va­rier les Plai­sirs En théo­rie, la flam­me­kueche n’a qu’une seule

re­cette (pâte à pain, crème fraîche, dés de lard fu­més, oi­gnons). Mais une va­riante ac­cep­table existe : celle où les Al­sa­ciens ajoutent du muns­ter.

5. se lé­cher les Doigts Pour évi­ter le sa­cri­lège, il faut, après s’être la­vé les mains, rou­lot­ter la part de flam­me­kueche sur elle-même avant

de la man­ger avec les doigts, comme le fai­saient les pay­sans de l’est de la France à l’époque où cette tarte per­met­tait de cé­lé­brer la cuis­son mensuelle du pain.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.