la so­li­tude

l’ex­cep­tion cultu­relle fran­çaise

GQ (France) - - Sport -

En 1964, Éric Tabarly rem­porte la Tran­sat an­glaise après quatre se­maines seul en mer qui forgent le dé­but de sa lé­gende. « Sur­tout, il a dis­pa­ru des ondes ra­dio pen­dant la course, pour ré­ap­pa­raître en hé­ros », rap­pelle Fran­çois Ga­bart. Au­jourd’hui en­core, la voile en so­li­taire rime avec des noms de ma­rins fran­çais, sou­vent bre­tons. L’hé­ri­tage des Tabarly et Ker­sau­son fa­çonne en­core le mythe du ma­rin tai­seux an­cré dans l’ima­gi­naire col­lec­tif. « Le pu­blic fran­çais aime par­tir à l’aven­ture avec ses ma­rins alors que les autres na­tions pré­fèrent les courses plus courtes et en équi­page », ex­plique à

GQ l’aven­tu­rier Mike Horn. « Les Amé­ri­cains nous prennent pour des fous à manoeuvrer ces maxis en so­lo, alors que pour eux un gros ba­teau se barre en équipe », té­moigne Michel Des­joyeaux La France va-t-elle un jour se pas­sion­ner pour la ré­gate ? Loïck Pey­ron, dé­jà tour­né vers la Coupe de l’ame­ri­ca 2016 avec l’équipe sué­doise Ar­te­mis Ra­cing, se fé­li­cite de voir un Team France se consti­tuer avec le trio Des­joyaux, Ker­sau­son et Cam­mas : « C’est une sorte de “dream team” de la voile fran­çaise », comme si Cris­tia­no Ro­nal­do, Mes­si et Zla­tan Ibra­hi­mo­vic jouaient dans la même équipe. Quant à sa­voir s’ils fe­ront bon mé­nage…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.