Ci­né­ma

Les frères Far­rel­ly, cré­tins d’avant

GQ (France) - - Sommaire -

La nais­sance du cré­tin Décembre 1994 : l’amé­rique, pour­tant peu avare en conne­ries, suc­combe à Lloyd et Har­ry, aka Dumb and Dum­ber, le cré­tin et l’en­core plus cré­tin. Der­rière ce film culte, Pe­ter et Bob­by Far­rel­ly, deux frères no­vices en ci­né­ma. Jim Car­rey ( The Mask, Ace Ven­tu­ra…) y par­tage l’af­fiche avec Jeff Da­niels ( La Rose pourpre du Caire). Cette heure qua­rante-cinq de gags sca­tos, de blagues stu­pides et de ten­dresse pa­ra­doxale va rap­por­ter 200 mil­lions d’eu­ros, et chan­ger la face de la co­mé­die amé­ri­caine.

L’in­ven­tion d’un style En 1998, les frères Far­rel­ly sortent Ma­ry à tout prix, un suc­cès co­los­sal. La mons­truo­si­té comme nouvelle nor­ma­li­té, l’idio­tie comme forme de gé­nie, et un mau­vais goût as­su­mé de­viennent leur marque de fa­brique. Le gag de Ca­me­ron Diaz uti­li­sant du sperme comme gel pour ses che­veux est in­dé­pas­sable. La fra­trie en­chaîne les suc­cès : Fous d’irène (Jim Car­rey, schi­zo­phrène, 2000) et L’amour ex­tra­large (Gwy­neth Pal­trow, obèse, 2002)…

Le ré­veil de la concur­rence Après le réus­si Deux en un (2003), la for­mule s’érode et Judd Apa­tow ( 40 tou­jours pu­ceau…) leur ra­vit la cou­ronne de « king of co­me­dy », en pri­vi­lé­giant les vannes acé­rées. Les Far­rel­ly s’y risquent en met­tant en scène Ben Stiller dans Les Femmes de ses rêves (2007) sans re­prendre leur lea­der­ship. En 2011, Bon à ti­rer avec Owen Wil­son lorgne vers Ve­ry Bad Trip de Todd Phi­lips. En moins drôle.

Le re­tour des su­per­cré­tins En si­gnant Dumb & Dum­ber De, les frères Far­rel­ly ré­ac­tivent leurs fon­da­men­taux entre Tex Ave­ry et Jer­ry Le­wis. Ici, Jim Car­rey a pas­sé les vingt der­nières an­nées à l’asile sans bou­ger… En fait, c’était la plus longue blague de l’his­toire de la blague. Et ça marche. Aux États-unis, Car­rey n’a pas connu un tel dé­mar­rage de­puis 2003. Alors qui est le plus cré­tin?

DUMB AND DUM­BER DE, de Pe­ter et Bob­by Far­rel­ly avec Jim Car­rey, Jeff Da­niels et Lau­ren Hol­ly, sor­tie le 17 décembre

Ci­néastes au­to­di­dactes, Pe­ter, 58 ans, et Bob­by, 56 ans, ont com­men­cé leur car­rière en écri­vant un épi­sode de la sé­rie Sein­feld. De­puis le car­ton de leur pre­mier film Dumb and Dum­ber en 1994, les deux frères se sont spé­cia­li­sés dans la co­mé­die po­tache,

L’ORI­GI­NAL En 1994, Jim Car­rey

et Jeff Da­niels, deux idiots lan­cés dans un road trip

ga­guesque.

LA SUITE

En 2014, nos deux im­bé­ciles sèment le chaos à la re­cherche de la fille de l’un d’eux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.