Ci­né­ma

Le nou­veau vi­sage de mi­chael C. Hall

GQ (France) - - Sommaire -

« Wow, c’est Don John­son ! » s’amuse Mi­chael C. Hall, comme s’il li­sait dans nos pen­sées, quand la star de Mia­mi Vice s’ar­rête à notre table pour glis­ser un mot à l’oreille de l’in­ter­prète de la sé­rie Dex­ter, sur la plage can­noise où a lieu l’in­ter­view. Les deux mo­nu­ments de la té­lé amé­ri­caine par­tagent (avec l’ac­teur et ro­man­cier Sam She­pard) l’af­fiche de Cold in Ju­ly, sé­rie B san­glante fi­ce­lée de main de maître par le jeune réa­li­sa­teur Jim Mi­ckle. Après avoir in­car­né pen­dant cinq sai­sons un en­tre­pre­neur de pompes fu­nèbres gay dans Six Feet Un­der, et pen­dant huit ans un tueur en sé­rie bri­mé par un code mo­ral dou­teux dans Dex­ter, Mi­chael C. Hall trouve en­fin un rôle am­bi­tieux au ci­né­ma: « Le tour­nage de Cold in Ju­ly a com­men­cé deux se­maines à peine après la fin de Dex­ter, nous confie l’ac­teur. C’est comme une thé­ra­pie d’in­ter­pré­ter un type in­no­cent dé­pas­sé par les évé­ne­ments après avoir joué un psy­cho­pathe mé­tho­dique. Une bonne ma­nière de re­trou­ver mon hu­ma­ni­té au mo­ment où le per­son­nage de­ve­nait en­com­brant. » Las­sé de re­pro­duire sai­son après sai­son l’am­bi­guï­té

COLD IN JU­LY, de Jim Mi­ckle, avec Mi­chael C. Hall, Don John­son et Sam She­pard, sor­tie le 31 décembre

Parce que son vi­sage de gendre idéal ins­pire une confiance im­mé­diate, Mi­chael C. Hall a été pen­dant huit ans un se­rial killer in­soup­çon­nable. Dres­sé pour as­sou­vir ses pul­sions sur d’autres psy­cho­pathes (mo­ra­li­sa­tion dé­viante de ses actes), Dex­ter est un des monstres les plus in­tri­gants vus à la té­lé­vi­sion.

HED­WIG AND THE AN­GRY INCH

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.