CULTURE MÉ­DIAS MODE

« La dé­cou­verte de De­via­let a pro­vo­qué chez moi le même choc que ce­lui res­sen­ti ce jour de 1984, où, uti­li­sa­teur de PC, j’ai dé­cou­vert le Ma­cin­tosh. »

GQ (France) - - Coulisses -

La suite du 20e étage de l’hô­tel Mi­rage à Las Ve­gas ne désem­plit pas. L’éta­blis­se­ment a été choi­si par la so­cié­té De­via­let lors du der­nier Consu­mer Elec­tro­nics Show (CES), dé­but jan­vier, pour pré­sen­ter sa der­nière créa­tion, la Phan­tom. « Les gens res­tent en moyenne vingt mi­nutes à écou­ter de la mu­sique, ce qui est énorme pour un sa­lon où il y a tant de choses à voir », ex­plique Pris­cil­la Mo­rais, char­gée de nous faire dé­cou­vrir le po­ten­tiel de cette mi­ni-en­ceinte d’un vo­lume ri­qui­qui de 6 litres seule­ment. Elle lance un mor­ceau elec­tro, « A New Er­ror », du groupe al­le­mand Mo­de­rat. Au dé­mar­rage, les ai­gus sont clairs et pré­cis comme toutes les en­ceintes haut de gamme de la ca­té­go­rie. Ar­rivent alors les basses. Les deux cercles de chaque cô­té de l’en­ceinte vibrent et dé­placent un souffle d’air en­ve­lop­pant com­plè­te­ment l’au­di­teur. L’ex­pé­rience est stu­pé­fiante. Cet ap­pa­reil blanc la­qué de 11 kg, qui res­semble plus à un as­pi­ra­teur Dy­son qu’à un haut-par­leur, des­sine en réa­li­té l’ave­nir de la hi­fi dite « high end » (com­pre­nez : haut de gamme). La Phan­tom re­groupe une en­ceinte sté­réo, un am­pli, un dock et un sys­tème home ci­né­ma. L’in­no­va­tion prin­ci­pale consiste en la mi­nia­tu­ri­sa­tion de l’ana­log Di­gi­tal Hy­brid, une tech­no­lo­gie mai­son qui al­lie la puis­sance et la com­pa­ci­té du son nu­mé­rique à la ron­deur et la chaleur des am­plis ana­lo­giques tra­di­tion­nels. Ni­chée au coeur de l’en­ceinte, dans une carte à puce de moins de 1 cm2, elle offre un son sans dis­tor­sion ni dé­gra­da­tion, avec une puis­sance en crête de 750 watts! Une per­for­mance ac­cen­tuée par une se­conde in­no­va­tion : le Heart Bass Im­plo­sion qui pro­duit des sons graves per­cu­tants par le dé­bat­te­ment des deux disques la­té­raux. Les basses pulsent comme au mi­lieu de la fosse du Ber­ghain à Ber­lin alors que la Phan­tom res­pecte la pu­re­té des si­lences et fait même tin­ter les doigts sur les cordes d’une gui­tare. En­voyé en wi­fi de­puis un smart­phone, une ta­blette ou un or­di­na­teur, chaque mor­ceau est su­bli­mé. D’ailleurs, les Daft Punk et le groupe Air se sont dé­jà équi­pés chez De­via­let, et des in­ves­tis­seurs pres­ti­gieux comme Marc Si­mon­ci­ni (fon­da­teur de Mee­tic), Xa­vier Niel (PDG de Free), Jacques-an­toine Gran­jon (PDG de vente-pri­vée.com) ou Ber­nard Ar­nault (pa­tron de LVMH) ont mis 15 mil­lions d’eu­ros avec pour ob­jec­tif de trans­for­mer la pe­tite marque fran­çaise en lea­der du sec­teur. Avec un ta­rif plu­tôt rai­son­nable, qui dé­marre à 1 690 €, la concur­rence a vrai­ment rai­son d’avoir peur des Phan­tom.

PHAN­TOM, 99 db, 1 690 € ; ver­sion Sil­ver, 105 db, 1 990 €. Di­men­sions : 25,3 x 25,5 x 34,3 cm pour 11 kg

LA SPHÈRE Un forme sans arête pour évi­ter que l’onde so­nore ne soit pa­ra­si­tée par son propre rebond. L’ALI­MEN­TA­TION Gref­fée sur le cô­té gauche de l’âme cen­trale, elle est ca­pable d’at­teindre 3 000 watts. LE TWEE­TER Mon­té au centre du haut-par­leur mé­dium,

LE ROU­TEUR Jus­qu’à 24 en­ceintes Phan­tom peuvent être connec­tées en­semble.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.