LA MU­SIQUE

Sé­rie Z, boucles hyp­no­tiques, hu­mour « bad trip »… Le ci­néaste et musicien réunit toutes ses ob­ses­sions dans son nou­veau film, Réa­li­té. Car­to­gra­phie d’un ima­gi­naire fan­tasque.

GQ (France) - - Coulisses - Par Alexandre La­zerges

Quen­tin Du­pieux s’est fait connaître en 1999 sous le pseu­do de Mr Oi­zo avec son tube dan­ce­floor « Flat Beat ». Son mé­tier de réa­li­sa­teur, il l’a d’ailleurs ap­pris en tour­nant des spots de pub pour Le­vi’s avec sa ma­rion­nette jaune Flat Eric. Il a beau avoir pro­duit sept al­bums una­ni­me­ment re­con­nus, dont le der­nier, The Church, est sor­ti fin 2014, il ré­pète à qui veut l’en­tendre : « Au­tant je crois être un bon ca­dreur, un bon di­rec­teur d’ac­teurs et un bon mon­teur, au­tant je me trouve nul en tant que musicien. » Il n’y a que dans Wrong Cops (2014) que Du­pieux uti­lise sa tech­no au­tiste. Pour ses autres films, le touche-à-tout com­mande la bande-son à son ami Gas­pard Au­gé de Jus­tice, pour Rub­ber (2010), ou se sert de Mu­sic with Chan­ging Parts de Phi­lip Glass pour son der­nier-né, Réa­li­té.

Flat Eric, la ma­rion­nette qui a fait le suc­cès de Mr Oi­zo, créée en 1999.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.