« GQ EST DE­VE­NU UN MA­GA­ZINE POUR BAR­BUS » ÉCRI­VEZ-NOUS !

Le sys­tème pi­leux de nos ré­dac­teurs laisse-t-il vrai­ment à dé­si­rer ? Ryan Gos­ling est-il trop ti­mide et Mon­te­bourg, trop hâ­bleur ? L’élève GQ, dis­trait le mois der­nier, se dis­tingue néan­moins en sport, en éco­no­mie et en so­cié­té. GQ sur les ré­seaux so­cia

GQ (France) - - Courrier -

Cher GQ, Fé­li­ci­ta­tions pour votre cou­ver­ture consa­crée à Arnaud Mon­te­bourg ( GQ de fé­vrier) qui a le mé­rite de le rendre un poil plus proche et ac­ces­sible qu’il ne l’était lors­qu’il était mi­nistre. Mer­ci éga­le­ment de confor­ter notre opi­nion sur le fos­sé qui existe entre les hommes po­li­tiques et la réa­li­té. J’ai ce­pen­dant lu à trois re­prises la phrase : « En po­li­tique, il n’y a pas de règles. Tout est dé­loyal, tout est men­songe. [...] Dans l’en­tre­prise il y a des règles et de la loyau­té, si­non ce­la ne fonc­tionne pas et la sanc­tion est im­mé­diate. » Notre cher ex-mi­nistre a-t-il dé­jà mis les pieds dans une en­tre­prise pour te­nir de tels propos? Je lis plus loin, de la bouche d’un de ses proches : « Le Mon­te­bourg im­pré­vi­sible, ama­teur de bons mots, sou­cieux de la mise en scène de soi, in­dé­pen­dant voire per­so, doit dis­pa­raître s’il veut réus­sir. » Mais com­ment croit-il qu’il faut se com­por­ter de nos jours pour ex­cel­ler dans le monde des af­faires ? Ima­gine-t-il qu’il faut s’ex­pri­mer de ma­nière fade, se mon­trer al­truiste, pré­vi­sible et re­plié sur soi ? Vi­ve­ment le re­tour d’arnaud sur la scène po­li­tique! Syl­vaine (ex-cadre dans un grand groupe in­dus­triel fran­çais)

Cher Syl­vaine, Nous sommes ra­vis que notre por­trait vous ait plu, même si, sous vos com­pli­ments, on sent poindre la mo­que­rie. Et c’est com­pré­hen­sible. Arnaud Mon­te­bourg a ac­cep­té d’évo­quer avec nous sa re­con­ver­sion, qui est loin d’être ache­vée. Il n’est pas en­core un bu­si­ness­man ac­com­pli mais en phase d’ap­pren­tis­sage, et le re­con­naît en toute hu­mi­li­té. Son re­gard sur le monde de l’en­tre­prise de­vrait s’af­fi­ner dans les mois qui viennent et nous sui­vrons cette trans­for­ma­tion en évo­quant ses suc­cès comme ses échecs. Quant à son re­tour en po­li­tique, que vous sem­blez ap­pe­ler de vos voeux (même si c’est avec un cer­tain sens du pa­ra­doxe), quelque chose nous dit qu’il ne de­vrait pas vous lais­ser lan­guir trop long­temps.

De l’autre cô­té du mi­roir, Arnaud Mon­te­bourg, ra­sé de frais, dans le GQ de fé­vrier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.