OL­GA KU­RY­LEN­KO UN MO­DÈLE D’AC­TRICE

La James Bond girl de Quan­tum of So­lace,

GQ (France) - - Buzz -

ju­ger. » Elle fait semble-t-il par­tie de ces Ukrai­niens de l’est qui se sentent aus­si russes et conclut d’ailleurs : « Je n’y suis pas re­tour­née de­puis la guerre. » Ol­ga Ku­ry­len­ko a gran­di à Ber­diansk, pe­tit port de la mer Noire. Fille d’une pro­fes­seure d’art et d’un père ab­sent, elle est re­pé­rée dans le mé­tro de Mos­cou par un mo­del-scout d’agence de man­ne­quins alors qu’elle n’a que 14 ans. « Un coup de chance, nous ne sommes par­ties que deux fois en va­cances avec ma mère… » Elle dé­barque à Pa­ris à 18 ans, ap­prend la langue et court les cas­tings, jeune fille ti­mide avec son énorme book dans les bras. « J’avais hor­ri­ble­ment mal au dos. » À 21 ans, elle épouse un pho­to­graphe fran­çais dont elle a di­vor­cé de­puis. Des cou­ver­tures de Elle ou Ma­rie Claire aux cam­pagnes de Ro­ber­to Ca­val­li et Ken­zo, la car­rière de la dé­sor­mais Fran­co-ukrai­nienne est lan­cée. Mais elle rêve d’autre chose. Elle a fait du théâtre au col­lège et re­prend des cours à Pa­ris puis à New York, mul­ti­pliant les stages d’été lorsque son agence est fer­mée. « Je vou­lais vrai­ment jouer. Au ci­né­ma, je ne vou­lais pas de ce qu’on me pro­po­sait au dé­but: la jo­lie co­pine qui se ba­lade en pe­tite cu­lotte. » Pre­mier film en 2005, L’an­nu­laire de Diane Ber­trand, un drame psy­cho­lo­gique dans le­quel elle peut mon­trer ce qu’elle sait faire. En­suite, elle joue tout de même un man­ne­quin dans Le Ser­pent d’éric Bar­bier : « J’ai bien ai­mé le ré­sul­tat, un bon th­riller qui a bien mar­ché. » Et en­chaîne avec Hit­man (2007), adap­ta­tion sur les cha­peaux de roue d’un jeu vi­déo, pro­duite par Luc Bes­son. Cette fois, elle campe une pros­ti­tuée dont tombe amou­reux le tueur à gages du titre… « C’était rock’n’roll, et c’était une su­per op­por­tu­ni­té. J’avais es­sayé de lan­cer ma car­rière aux États-unis sans suc­cès, et là j’avais ac­cès au cas­ting d’un film amé­ri­cain de­puis Pa­ris. »

« Bond, ça ne se dis­cute pas » Cette pre­mière ex­pé­rience en an­glais lui offre la chance qui va chan­ger sa vie : fi­gu­rer au gé­né­rique du 22e James Bond, Quan­tum of So­lace (2008) avec Da­niel Craig. « Bond, ça ne se dis­cute même pas, évi­dem­ment que je vou­lais le faire. » Chan­ge­ment d’am­biance en 2012 avec À la mer­veille de Ter­rence Malick, le mys­té­rieux réa­li­sa­teur de La Ba­lade sau­vage et de The Tree of Life. Un rôle de femme ir­ré­so­lue, tout en nuances, pour le­quel des di­zaines d’ac­trices fran­çaises ont pos­tu­lé. « Je suis al­lée à l’au­di­tion et il n’était pas là. J’ai im­pro­vi­sé et le di­rec­teur de cas­ting m’a fil­mée. Je suis par­tie tout de suite après prendre un avion pour Los An­geles. Quelques jours plus tard, j’ai re­çu le mail di­sant que Malick avait bien ai­mé mes es­sais, et vou­lait me ren­con­trer. Ça tom­bait bien, j’étais dé­jà aux États-unis. » De­puis on l’a vue dans Obli­vion (2013) avec Tom Cruise, No­vem­ber Man (2014) aux cô­tés de Pierce Bros­nan ou en­core dans la sé­rie Ma­gic Ci­ty. Au­jourd’hui, on l’an­nonce dans un film es­pa­gnol aux cô­tés de Be­ni­cio Del To­ro (A Per­fect Day) et dans un th­riller sud-afri­cain avec Mor­gan Free­man (Mo­men­tum). Le charme slave s’ex­porte bien.

À L’ORI­GINE

Le « Sau­di drift » dé­signe la conduite vé­hi­cule pen­ché sur un cô­té dont raf­folent les Saou­diens. Autre passe-temps fa­vo­ri de la jeu­nesse du Moyen-orient, le « san­dals­ka­ting » consiste, quant à lui, à sor­tir d’une voi­ture rou­lante en s’ac­cro­chant à la por­tière pour se lais­ser glis­ser sur l’as­phalte.

VER­SION MAINS­TREAM

Réa­li­sé par Ro­main Ga­vras, le clip de « Bad Girls » (2012) de la chan­teuse bri­tan­nique d’ori­gine sri-lan­kaise M.I.A. re­prend à son compte dé­ra­pages à 360° et « san­dal-ska­ting ». Il voit sur­tout la chan­teuse ju­chée sur une BMW blanche rou­lant sur la tranche. La vi­déo a été vue 60 mil­lions de fois sur You­tube.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.