UN PYG­MA­LION À CA­NAL+

GQ (France) - - Classement -

Son « Pe­tit Jour­nal » fi­ni­ra-t-il par di­gé­rer le « Grand » ? Ce­la fait bien­tôt quinze ans que Ca­nal+ ne peut plus se pas­ser de Laurent Bon. An­cien d’ac­tuel, Max, 20 ans et France In­ter (« Pas­sé les bornes, y’a plus de li­mites », avec Gé­rard Le­fort), le pro­duc­teur de 46 ans à la tête d’une so­cié­té d’une cen­taine de sa­la­riés, Bangumi, y a dé­mar­ré dans les cou­lisses de « Plus clair », l’émis­sion mé­dias pré­sen­tée par Daph­né Rou­lier, en 2001. Une brève pa­ren­thèse dans le sillage de Marc-oli­vier Fo­giel sur France 3 (« On ne peut pas plaire à tout le monde »), et le brillant Avi­gnon­nais nour­ri aux ma­ga­zines amé­ri­cains ( Va­ni­ty Fair, Wi­red, etc.) est re­ve­nu in­ven­ter « Le Grand Jour­nal » avec Mi­chel De­ni­sot (2004). Dans la fou­lée, il im­pose « Le Pe­tit Jour­nal » et fait émer­ger la fi­gure de Yann Bar­thès. Quand la chaîne a vou­lu tour­ner la page po­li­tique et rem­pla­cer « Di­manche + », c’est à lui qu’est re­ve­nu d’in­ven­ter « Le Sup­plé­ment » ; re­loa­dant au pas­sage une pré­sen­ta­trice mai­son (Maï­te­na Bi­ra­ben)… De fait, ceux qui tra­vaillent avec lui ne jurent que par lui. Alors : jus­qu’où Ca­nal+ ac­cep­te­ra-t-elle de dé­pendre de Laurent Bon ? L’homme de fer et voix de ve­lours as­sure que la ques­tion d’une prise de pou­voir hié­rar­chique n’est pas d’ac­tua­li­té. Son hé­gé­mo­nie sym­bo­lique, réelle, est dé­jà tel­le­ment plus gra­ti­fiante.

LAURENT BON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.