RI­LEY HAR­PER

GQ (France) - - Contributeurs -

À la ques­tion « sur quoi tu roules ? », Ri­ley est ca­té­go­rique : sur une Triumph en ville et sur une Hon­da en mo­to­cross. Le reste du temps, Ri­ley est cas­ca­deur et dou­blure de Capt’ain America ou de Bat­man dans Dark Knight Rises. Il faut dire que son père, Tom Har­per, lui aus­si cas­ca­deur, lui mis le pied sur le kick très jeune. « J’ai com­men­cé les cas­cades à 7 ans » ra­conte vo­lon­tiers le beau Ca­li­for­nien bron­zé. Et c’est ce cri­tère es­thé­tique (plus que sa pas­sion pour les chiens) qui a re­te­nu l’at­ten­tion du ser­vice mode de GQ. Ri­ley est la ve­dette de notre sé­rie « Bad Max ».

Mes­sieurs bon­soir, Lec­teur as­si­du de votre ma­ga­zine, je tiens à vous faire part du plai­sir que j’ai chaque mois à ache­ter et­lire GQ. Ce­pen­dant, dans ce nou­veau numéro de mai 2015, je dois dire que vous m’avez un peu dé­çu sur un dé­tail. L’ar­ticle sur la plan­tu­reuse Ol­ga Ku­ry­len­ko présente une erreur et pas des moindres... Le film dans le­quel elle est à l’af­fiche, La Pro­messe d’une vie, est réa­li­sé par un Aus­tra­lien. Rus­sell Crowe n’est pas néo-zé­lan­dais comme vous l’écri­vez mais bien aus­tra­lien, né à Syd­ney. Je ne pense pas que ce mail est le seul que vous re­ce­vrez à ce su­jet. Mer­ci à vous, que votre jour­née soit belle

Cher Va­len­tin, Dé­so­lé, mais Rus­sell Crowe est bien néo-zé­lan­dais, il est né à Wel­ling­ton en 1964 et a dé­mé­na­gé à l’âge de 4 ans en Aus­tra­lie où il a en­suite com­men­cé sa car­rière d’acteur. D’où la confu­sion ha­bi­tuelle sur sa na­tio­na­li­té. Il au­rait d’ailleurs été plus pra­tique pour nous de dire qu’il était aus­tra­lien, puisque son film porte sur les sol­dats aus­tra­liens de la Pre­mière Guerre mon­diale. Mais notre goût de l’exac­ti­tude nous a in­ter­dit ce tour de passe-passe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.