« Top Chef » 31 %

GQ (France) - - Coulisses - Sig­mund Freud

« Amu­se­bouche », « buf­fet froid », « rô­ti »… Chaque épi­sode d’han­ni­bal porte le nom d’un plai­sir de la table. Mik­kel­sen y campe un Lec­ter gour­met et dan­dy, qui éla­bore des plats so­phis­ti­qués à base d’or­ganes hu­mains en écou­tant du Cho­pin. On dé­guste sa dé­coupe du pou­mon fa­çon sa­shi­mi ou de la cuis­son du foie de sa vic­time. Conçus avec un ju­ré du « Top Chef » amé­ri­cain et fa­bri­qués par une sty­liste cu­li­naire, les plats met­traient presque en ap­pé­tit. Après une sai­son 2 ja­po­ni­sante, les nou­veaux épi­sodes sentent l’ita­lie !

On vous conseille de re­lire Freud avant de vous lan­cer dans Han­ni­bal. La sé­rie nous in­vite en ef­fet dans le cer­veau de Will Graham, dont les vi­sions oni­riques sont cen­sées lui don­ner ac­cès à la psy­ché des cri­mi­nels. Une femme-cerf sor­tant d’un lac ? Un couple pre­nant feu ? Dans les fugues men­tales du flic dé­ran­gé, tout est un in­dice. Ces sé­quences ma­cabres sont de­ve­nues la si­gna­ture de la sé­rie. Oeuvre d’art mor­ti­fère ou tra­she­rie es­thé­ti­chiante, Han­ni­bal est aus­si beau à re­gar­der que com­pli­qué à dé­fi­nir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.