« Y être Convié N’est JA­MAIS une évi­dence. C’est un SIGNE De votre AS­CEN­SION Mé­dia­tique. » Bruce tous­saint

GQ (France) - - Enquēte -

a pe­louse est prête, d’un vert presque fluo. Le pu­blic ar­rive au compte-gouttes et agite les dra­peaux dis­po­sés sur les sièges. Les écrans géants dif­fusent des clips publicitaires. En ce 15 avril c’est dé­jà l’été, 27 °C baignent le Parc des Princes. Mais l’am­biance est d’abord brû­lante parce que le PSG re­çoit la bande à Leo Mes­si, le lé­gen­daire Bar­ça, en quarts de fi­nale de la Ligue des Cham­pions. Il est 20 h 35. Le coup d’en­voi se­ra don­né dans dix mi­nutes. De­vant l’en­trée prin­ci­pale du stade, les in­vi­tés em­pruntent le ta­pis rouge puis tra­versent une haie d’hô­tesses en tailleur bleu, au sou­rire mé­ca­nique : « Bon­soir, bien­ve­nue au Parc des Princes. » Les che­mins se sé­parent en haut de l’es­ca­la­tor. Les uns re­joignent les loges Bein Sports, GDF Suez, Emi­rates ou Qa­tar Tou­rism Au­tho­ri­ty. Les autres, le « car­ré » du Parc, aus­si ap­pe­lé la « cor­beille ». Au­tre­ment dit, « the place to be », avec vue im­pre­nable sur le show qui se pré­pare. Comme chaque soir de ga­la, le Parc ac­cueille des fans un peu par­ti­cu­liers : Ni­co­las Sar­ko­zy riant aux éclats avec Ma­nuel Valls, non loin de Pas­cal Obis­po, Ted­dy Ri­ner, et même Mo­ni­ca Bel­luc­ci. La scène rap­pelle ce 30 sep­tembre 2014 lorsque, dé­jà, le PSG et le FC Bar­ce­lone s’af­frontent dans cette même Ligue des Cham­pions. Dans une pièce fer­mée, à l’écart, deux vi­si­teurs haut de gamme pa­tientent, avec leurs gardes du corps. Beyon­cé et Jay Z veulent évi­ter en­core un peu les grou­pies et les « sel­fies ». De­puis qu’ils ont ache­vé leur tour­née mon­diale « On The Run » au Stade de France, les 12 et 13 sep­tembre, les époux Car­ter pro­fitent de la ca­pi­tale. Leur es­ca­pade porte de SaintC­loud s’est dé­ci­dée au der­nier mo­ment. C’est le na­geur Amau­ry Le­veaux qui, à 17 heures, a ap­pris par un coup de fil du PSG qu’il n’au­rait pas sa place ha­bi­tuelle mais qu’une autre lui se­rait at­tri­buée pour la soi­rée: « Je de­vais être par­mi les moins im­por­tants de la cor­beille », se marre-t-il, beau joueur. Le len­de­main du match, il iro­nise sur Twit­ter: « Chère Beyon­cé, hier soir vous étiez sur mon siège dans le car­ré du Parc des Princes. Que ce­la n’ar­rive plus. Cor­dia­le­ment. » Dans la tri­bune VIP ce soir-là, on pou­vait aus­si voir Da­vid Beck­ham, Ja­mel Deb­bouze, Pa­trick Bruel, Li­lian Thu­ram, Anne Hi­dal­go, Na­gui ou Di­dier Des­champs. Dif­fi­cile de sa­voir ce qui a pous­sé Beyon­cé et Jay Z à ve­nir voir du soc­cer. Cer­tains misent sur le car­net d’adresses du pré­sident qa­ta­ri du PSG de­puis 2011, Nas­ser Al-khe­laï­fi, quand d’autres évoquent l’in­té­rêt de

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.