Le di­co sty­lé du ten­nis

Avant de vous lan­cer dans le ma­ra­thon an­nuel de la balle jaune (Ro­land-gar­ros du 19 mai au 7 juin, sui­vi de Wim­ble­don du 29 juin au 12 juillet), GQ vous pro­pose un coa­ching spé­ci­fique. de A comme Ar­thur Ashe à Z comme Jay Z, de­ve­nez in­col­lables sur les t

GQ (France) - - Sommaire -

De a comme ar­thur ashe à z comme jay z, tout ce qu’il faut sa­voir sur la classe des joueurs et les codes des courts avant le ma­ra­thon an­nuel de la balle jaune.

Ar­thur

Ashe

un chic type. dans tous les sens du terme. ten­nis­man raf­fi­né, Ashe ir­ra­diait le court de son calme, comme lors de sa vic­toire face à con­nors, en fi­nale de Wim­ble­don 1975 – il ignore les piques de son ad­ver­saire et le fait tour­ner en bour­rique. un style qui se tra­dui­sait en de­hors du court. Ashe se bat­tait pour les ré­fu­giés haï­tiens, mi­li­tait contre l’apar­theid, sou­te­nait la re­cherche contre le si­da (il fut lui-même in­fec­té après

une trans­fu­sion san­guine).

Par­mi la co­lo­nie de bar­bants lif­teurs sué­dois des an­nées 1980, émerge ed­berg. Plu­tôt que les ral­lyes de fond de court et le re­vers à deux mains (cf. mats Wi­lan­der), il choi­sit le ser­vice vo­lée et les at­taques créa­tives. da­van­tage que

son pal­ma­rès (72 se­maines n° 1 mon­dial, 6 titres en grand che­lem), le pu­blic re­tient son style : élé­gant, humble, classe. en 1996, l’atp re­bap­tise le prix de la spor­ti­vi­té en son nom. Ré­com­pense remise dix fois de­puis à Ro­ger

Fe­de­rer… qu’il en­traîne de­puis 2014. « il s’agit du meilleur ser­vice que j’aie vu.» pour Da­vid Fer­rer (n° 7 à l’atp), le meilleur geste de ro­ger Fe­de­rer n’est ni le coup droit, si ef­fi­cace, ni le re­vers, si élé­gant, mais bien sa mise en jeu. « il jette tou­jours la balle de la même fa­çon et cache bien le cô­té où il va ser­vir. et comme il maî­trise tous les ef­fets… » les sta­tis­tiques parlent. lors de sa vic­toire à Du­baï fin fé­vrier face au n°1 mon­dial no­vak Djo­ko­vic, le Suisse claque 11 aces, por­tant son to­tal à 9007 uni­tés (de­puis ses dé­buts). et de­vient le 4e joueur de l’his­toire à pas­ser cette barre der­rière iva­ni­se­vic, Kar­lo­vic et rod­dick.

Reines du style dans les an­nées 1970 et 1980, ces trois marques ita­liennes ont qua­si­ment dé­ser­té les courts de­puis les ni­ne­ties. sou­ve­nirs émus. certes, le ten­nis n’est pas le su­jet es­sen­tiel de ce film de Woo­dy al­len sor­ti en 2006. Mais pour la scène de drague entre Jo­na­than rhys-meyers et Scar­lett, au­tour de la table de ping-pong, Match Point mé­rite d’en­trer dans le hall of fame des oeuvres avec sports de ra­quette – aux cô­tés des Bron­zés ou de Nous irons tous au pa­ra­dis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.