Cher GQ,

GQ (France) - - Courrier -

« Noir­ceur im­pé­né­trable », « hu­mour obs­cène » : j’ai d’abord pen­sé en li­sant ces mots dans votre numéro de mai que vous par­liez de Gains­bourg. Quelle fut ma sur­prise quand je dé­cou­vris que ces qua­li­fi­ca­tifs dé­cri­vaient Boo­ba. Un gar­çon ca­pable de rap­per: « Sale pute j’t’offre pas des fleurs, passe-toi la chatte au rou­leau » est le contraire d’un gent­le­man. Al­bert (Pa­ris)

Cher Al­bert, Nous ne te­nons pas à par­ler ex­clu­si­ve­ment de gent­le­men et Serge Gains­bourg n’en était d’ailleurs pas tout à fait un. Si la fi­gure de Boo­ba nous in­té­resse, c’est au­tant pour la puis­sance ou­tran­cière de ses textes que pour son am­bi­tion mu­si­cale et son ha­bi­le­té pro­mo­tion­nelle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.