28 se­maines pour de­ve­nir un iron­man

C’est l’épreuve my­thique (sur­hu­maine ?) de l’en­du­rance, un triath­lon XXL. Mais en­chaî­ner 3,8 km de na­ta­tion, 180,2 km de vé­lo et un ma­ra­thon im­pose un en­traî­ne­ment très ci­blé que GQ a dé­cor­ti­qué avec Théo Bays­sat, un ama­teur fran­çais ins­crit à l’iron­man d

GQ (France) - - Sommaire - Ma­thieu Le Maux

Com­ment s’en­traînent les par­ti­ci­pants à ce triath­lon XXL, épreuve ul­time de l’en­du­rance ? La ré­ponse avec Théo Bays­sat, ins­crit à l’épreuve de Nice, le 28 juin.

Le triath­lon for­mat Iron­man (3,8 km de na­ta­tion, 180,2 km à vé­lo et 42,195 km de course à pied) oc­cupe une place à part dans la hié­rar­chie des com­pé­ti­tions à la por­tée – fa­çon de par­ler – du spor­tif ama­teur. In­ven­té par un com­man­dant de L’US Na­vy en poste à Ho­no­lu­lu, l’iron­man est le der­nier ni­veau à at­teindre dans la caste des al­lu­més de l’en­du­rance. Mais pour dé­cro­cher ce pas­se­port à bran­dir fiè­re­ment (« Van­tez-vous pour le reste de votre vie ! » pou­vait-on lire en der­nière page du rè­gle­ment du pre­mier Iron­man dis­pu­té en fé­vrier 1978), il faut pas­ser de longues heures à tour­ner les bras en pis­cine et les jambes sur le bi­tume. Vingt-huit se­maines très exac­te­ment que GQ a dé­cor­ti­quées avec Théo Bays­sat, 23 ans, fon­da­teur du ré­seau so­cial Jogg.in et chef de pro­jet chez ASO mais sur­tout l’un des 2 800 par­ti­ci­pants de l’iron­man de Nice, le 28 juin, qu’il bou­cle­ra, sauf ac­ci­dent, en 11 h 30, soit une heure de moins que le chro­no moyen de l’épreuve.

Spé­cia­liste de la dis­ci­pline (il a ga­gné un Iron­man en Aus­tra­lie), le Fran­çais Jé­ré­my Jur­kie­wicz a fi­ni 4e à Nice en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.