50 Best : ni trop ni pas as­sez ?

Notre en­quête sur les des­sous du clas­se­ment bri­tan­nique des 50 meilleurs res­tau­rants du monde a pro­vo­qué des ré­ac­tions tran­chées. Ex­pli­ca­tions.

GQ (France) - - Courrier -

Dans le GQ de juin, nous avons pu­blié une en­quête sur le 50 Best, clas­se­ment bri­tan­nique des meilleurs res­tau­rants du monde créé en 2002 et re­mis le 1er juin der­nier à Londres. Cet ar­ticle a sus­ci­té de nom­breuses ré­ac­tions, et même été ci­té par plu­sieurs titres de la presse in­ter­na­tio­nale, par­mi les­quels The New York Times : « Un ar­ticle dans le GQ fran­çais a contri­bué à la cri­tique crois­sante de la liste. […] Ar­naud Tillon, di­rec­teur des eaux mi­né­rales chez Nest­lé, qui pos­sède San Pel­le­gri­no, y dé­clare que le manque de trans­pa­rence dans la mé­tho­do­lo­gie de la liste est un pro­blème pour sa so­cié­té sur le marché fran­çais. » De­puis, William Drew, l’édi­teur de The World’s 50 Best Res­tau­rants nous a écrit, dé­non­çant « un cer­tain nombre d’in­exac­ti­tudes dans le texte, po­ten­tiel­le­ment dom­ma­geables à la ré­pu­ta­tion de la marque The World’s 50 Best Res­tau­rants et à celle de ses

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.