21 ans ÉTATS UNIS

GQ (France) - - Digital Sex -

Euh, ça vous em­bête si je rap­proche l’as­sie e de chips ? » Ins­tal­lé au bout d’une im­mense table de réunion, Ri­car­do Mo­rales, un tren­te­naire au vi­sage po­te­lé, fait dé­fi­ler des photos de pin-up en pe­tite te­nue sur un écran géant. Der­rière lui, de grandes baies vi­trées offrent une vue plon­geante sur le quar­tier d’af­faires de Luxem­bourg, et l’on aper­çoit même l’im­meuble de Clears­tream. L’image d’une blonde en por­te­jar­re­telles à ca­li­four­chon sur un ca­na­pé s’af­fiche en face de Ri­car­do. « Celle-ci, c’est une nou­velle », com­mente-t-il, la­co­nique, entre deux bou­chées de Pringles, alors qu’en ap­pa­raît une autre, où l’on voit une jeune femme prendre la pose en string sur une bo e de foin. « Ah, la voi­là, enfin ! » lance-t-il, en s’ar­rê­tant sur une splen­dide brune aux yeux éme­raude et au dé­col­le­té, di­sons, très gé­né­reux. « Elle, elle se fait ap­pe­ler “A11­ho­te­ri­ka”. Elle est dans notre top 3. Des clients du monde en­tier viennent la voir. C’est parce que l’on a des stars de ce ca­libre-là que nous sommes le n° 1 mon­dial. » Des « stars de ce ca­libre », Ri­car­do en gère toute la jour­née. Son titre of­fi­ciel : « res­pon­sable grands comptes de Li­vejas­min pour l’amé­rique la­tine ». En clair, le jeune homme s’oc­cupe des re­la­tions com­mer­ciales et tech­niques du site avec les filles les plus de­man­dées de la ré­gion, « sur­tout les Co­lom­biennes, pré­cise-t-il. C’est un gros marché pour nous, la Co­lom­bie. »

Am­biance start-up Bienvenue dans le monde de la « live cam », ces peep­shows vir­tuels qui en­va­hissent la toile et qui se­raient même, pour beau­coup, l’ave­nir du cy­ber-por­no. Li­vejas­min, créé en 2002, qui re­ven­dique 35 mil­lions de vi­si­teurs par jour, est le plus gros site de ce genre au monde. Ici, tout se passe der­rière un écran, on vend de « l’adulte » comme si on ven­dait des sham­poings ou des voyages tout com­pris, et ce sont des per­son­nages in­of­fen­sifs dans le genre de Ri­car­do qui jouent le rôle de « mac », ver­sion 3.0. « Sauf que moi, je ne ren­contre ja­mais les filles en vrai », confesse l’in­té­res­sé en lâ­chant un sou­rire. Les « filles » – il y a bien sûr des « cam­boys », ain­si que des couples sur Li­vejas­min, mais ils ne sont qu’une poi­gnée – ne bougent pas de chez elles. Elles se filment avec une simple web­cam, qui re­trans­met en di­rect sur le site. « Sou­vent, les gens qui viennent ici sont dé­çus. Ils croient qu’on a des femmes ca­chées dans une salle, mais pas du tout !, ri­gole Mélanie De­lan­noy, la res­pon­sable presse. Un jour, les po­li­ciers sont ve­nus. On leur avait sû­re­ment dit qu’il y avait des choses pas lé­gales. Ils sont re­par­tis un peu dé­pi­tés… » Le QG de Li­vejas­min res­semble, en fait, à ce­lui de n’im­porte quelle autre start-up : des ba eries d’or­di­na­teurs en open space, une grande cui­sine par­ta­gée,

ÂGE :

PAYS :

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.